Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Assistants parlementaires : qui emploie qui en Haute-Vienne et en Corrèze ?

-
Par , France Bleu Limousin

En attendant que la justice dise si l'emploi d'assistante parlementaire de Pénélope Fillon était réel ou fictif, les parlementaires de la Haute-Vienne et de la Corrèze acceptent de jouer la transparence sur leurs propres collaborateurs. Ils sont deux sur neuf à employer un membre de leur famille.

Avant de descendre dans l'hémicycle, les parlementaires peuvent compter sur le travail de leurs assistants pour les épauler
Avant de descendre dans l'hémicycle, les parlementaires peuvent compter sur le travail de leurs assistants pour les épauler © Maxppp - Christophe Morin

Limousin, France

Depuis les révélations du Canard Enchaîné sur les soupçons d'emplois fictifs de Pénélope Fillon, le métier d'assistant parlementaire est sur le devant de la scène. Avec des soupçons qui rejaillissent sur l'ensemble de la classe politique déplorent les députés et sénateurs de la Haute-Vienne et de la Corrèze. Pour prouver leur volonté de transparence et leur probité, tous répondent donc sans tabous aux questions concernant leurs collaborateurs.

Sur neuf parlementaires en Corrèze et en Haute-Vienne, deux emploient un membre de leur famille

Claude Nougein, sénateur Les Républicains de la Corrèze paye sa fille 2.000 euros net pour l'épauler à temps plein au Sénat. Une collaboration parfaitement assumée pour cet élu qui précise qu'il emploie également Paula Soulier, dont l'expérience d'assistante parlementaire a débuté auprès de son mari, l'ancien député Frédéric Soulier. Un couple dont Claude Nougein est très proche. Pour le sénateur, non seulement elles ont les compétences requises, mais en plus "ça facilite la vie avec une disponibilité peut-être plus importante. C'est très souple, ça se passe très bien et il y a la notion de confiance aussi" qui simplifie son travail.

De son côté, le député PS de Haute Vienne Alain Rodet confie des missions ponctuelles à son fils, spécialiste de l’Asie qui planche pour lui sur des affaires concernant ce continent. Un appui indéniable pour Alain Rodet qui préside le groupe d’amitié France-Chine à l’Assemblée Nationale et qui est aussi membre du groupe d'amitié France-Japon. Son fils collabore également à l’écriture de la lettre trimestrielle rendant compte de son activité de député. Ça rapporte environ 2.000 euros net par mois à Etienne Rodet, mais pas tout le temps car son contrat d’assistant parlementaire est suspendu lorsque son père n'a pas besoin de lui.

Les sept autres parlementaires n'emploient pas - ou plus - de membres de leur famille

Il y a aussi le cas de Daniel Boisserie, autre député socialiste de la Haute Vienne. Par le passé il a fait travailler sa fille, par ailleurs employée au conseil régional du Limousin. Mais seulement pour 30 heures par mois. Il précise que cette collaboration s'est terminée il y a deux ou trois ans. Quant aux six autres parlementaires de Corrèze et de Haute-Vienne, ils n'emploient personne de leur famille. Soit parce qu'ils s'y refusent par principe, soit parce que leur conjoint ou leurs enfants n'ont pas les compétences requises pour un poste d'assistant parlementaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu