Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Attaque en Nouvelle-Zélande : le président de la région Bretagne saisit la justice pour incitation au meurtre

samedi 16 mars 2019 à 16:04 - Mis à jour le samedi 16 mars 2019 à 19:01 Par Aurore Jarnoux, France Bleu, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Loïg Chesnais-Girard, le président de la région Bretagne, annonce sur son compte Twitter ce samedi avoir engagé une procédure pour saisir le procureur de la République pour incitation au meurtre. Il condamne le tweet d'une conseillère régionale concernant les attentats en Nouvelle-Zélande.

Le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard.
Le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard. © Maxppp - Thomas Brégardis

Bretagne, France

"Honteux, dangereux et scandaleux !" : ce sont les mots du président de la région Bretagne après le tweet posté vendredi matin par Catherine Blein, élue sur la liste Front National au conseil régional, après l'attaque de mosquées à Christchurch. Dans ce message, on pouvait lire : "Nouvelle-Zélande : œil pour œil...". 

Capture d'écran du message posté par Catherine Blein. - Aucun(e)
Capture d'écran du message posté par Catherine Blein. - @ Twitter Catherine Blein

Ce samedi, Loïg Chesnais-Girard annonce sur Twitter avoir décidé de saisir le procureur de la République pour incitation au meurtre. "Les mots ont un sens. Que chacun assume ses responsabilités dans la République", a écrit le président de la région.

Le tweet de Catherine Blein a été effacé ce samedi matin mais il a choqué de nombreux internautes et il a été massivement signalé à la plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements, selon un porte-parole de la police nationale joint par France Info.

Par ailleurs, l'élue des Côtes-d'Armor a réagi via un tweet aux multiples réactions d'indignation.

En 2017 déjà, Catherine Blein avait été proféré des propos racistes et homophobes sur les réseaux sociaux et dans une interview au site BuzzFeed.com. Elle avait alors été exclue de son propre parti, le Front National.

Le Rassemblement National condamne ces propos

Gilles Pennelle, le président du proupe Rassemblement National au Conseil régional de Bretagne, a publié un communiqué ce samedi pour condamner "avec la plus grande fermeté les propos tenus par Mme Catherine Blein sur son compte Twitter". 

Il rappelle que Catherine Blein a été exclue du parti et de son groupe politique : "Elle siège en tant que non inscrite au sein de l’assemblée régionale et ses propos sont de sa seule responsabilité".