Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Assassinat de Samuel Paty

Attentat de Conflans : "Certains politiques parlent sous le coup de l'émotion", pour le sénateur Mouiller

-
Par , France Bleu Poitou

Alors que ce mercredi soir à 19h30, l'hommage national à Samuel Paty aura lieu dans l'université parisienne de la Sorbonne, la classe politique se divise déjà sur les possibles issues législatives. Philippe Mouiller, le sénateur LR des Deux-Sèvres, était l'invité de France Bleu ce matin.

Illustration : les sénateurs Gilbert Favreau et Philippe Mouiller aux côtés de leurs suppléantes, Sylvie Brunet et Marie-Pierre Missioux.
Illustration : les sénateurs Gilbert Favreau et Philippe Mouiller aux côtés de leurs suppléantes, Sylvie Brunet et Marie-Pierre Missioux. © Radio France - Noémie Guillotin

"Il est nécessaire que l'ensemble de la Nation se retrouve pour marquer un message fort d'opposition à l'acte cruel qui a été perpétré", estime sur France Bleu Philippe Mouiller, le sénateur Les Républicains des Deux-Sèvres, ce mercredi 21 octobre, journée nationale d'hommage à Samuel Paty. Ce professeur d'histoire-géographie d'un collège de Conflans-Sainte-Honorine a été décapité par un jeune de 18 ans vendredi dernier.

Philippe Mouiller a été présent ce dimanche, lors du rassemblement niortais, mais il reconnait que tous les ténors de la droite française n'ont pas répondu aux premiers appels au recueillement. "D'une façon générale, l'hommage national c'est aujourd'hui, avance-t-il. Et l'idée pour la droite républicaine c'était d'être présente dans le cadre de la démarche nationale. Dimanche nous étions plus dans une démarche de débat politique, d'échanges."

La polémique politique avant les hommages ? 

Le sénateur deux-sévrien fraîchement réélu estime aussi que la droite est assez divisée sur les réponses législatives demandées par certains élus (expulsion de tous les fichés S, refus d'entrée de migrants en France tant que l'intégration de ceux déjà accueillis n'est pas terminée pour Renaud Muselier). "C'est l’inconvénient de situation où un certain nombre d'élus interviennent sous le coup de l'émotion", affirme Philippe Mouiller. "On veut d'abord faire en sorte que les lois en vigueur soient vraiment appliquées. Et on veut légiférer, aller plus loin". 

Deux points restent essentiels pour lui. "Mieux contrôler les réseaux sociaux et intervenir plus rapidement auprès de fichés S pour éviter ces dérives. Les mesures les plus fortes pourront aller jusqu'à l'expulsion". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess