Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Attentat de Nice

Attentat de Nice : "Douze personnes luttent encore pour leur vie" annonce François Hollande

vendredi 22 juillet 2016 à 17:47 Par Clara Charles, France Bleu Azur et France Bleu

Ce vendredi, le président de la République a rendu compte du conseil de sécurité qui s'est tenu dans la matinée. Il a exprimé à nouveau sa compassion aux proches des victimes et a rappelé les décisions prises pour renforcer la lutte contre Daech.

François Hollande à l'issue du quatrième conseil de sécurité après les attentats du 14 juillet
François Hollande à l'issue du quatrième conseil de sécurité après les attentats du 14 juillet © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

François Hollande s'est exprimé ce vendredi à l'issue du quatrième conseil de sécurité depuis l'attentat du 14 juillet à Nice. Le président de la République a exprimé une nouvelle fois sa compassion et celle des français aux proches des victimes de l'attaque, rappelant qu'elle a fait "84 morts, dont 13 enfants et causé des blessures irréparables à des centaines de personnes dont 12 luttent encore pour leur vie" et que "18 nationalités sont concernées."

A LIRE AUSSI : Portraits des anges de la Prom', victimes de l'attentat de Nice

François Hollande a par ailleurs affirmé que "l’enquête avance et il apparaît que l’attentat était préparé et que le terroriste a pu bénéficier de complicités", corroborant les informations du procureur de Paris François Molins. Il a par ailleurs renouvelé sa confiance au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, accusé par certains médias d'avoir menti sur le dispositif de sécurisation de la Promenade des anglais le soir du 14 juillet.

A LIRE AUSSIAttentat de Nice : plusieurs mois de préparation et l'aide de complices selon le procureur de Paris

Renforcement des effectifs sur le territoire français

Le président a également souhaité défendre les actions qu'il a menées au cours des 4 dernières années en termes de lutte contre le terrorisme. "Nous devons nous défendre ici sur notre sol pour nous protéger et à l’extérieur pour éradiquer le terrorisme, a-t-il déclaré. Tel est le sens des décisions que j’ai pris depuis 2012 : la loi sur le terrorisme, la loi sur le renseignement, la réforme de la procédure pénale et la lutte contre la criminalité organisée."

Comme il l'avait déjà annoncé, le président souhaite renforcer les effectifs de police et de gendarmerie déployés en France. Pour l'été, le gouvernement a décidé "de porter à 10 000 le nombre de militaires pour protéger nos rassemblements festifs : les événements populaires, les lieux de loisir... là où seront les français et les nombreux touristes que nous devons accueillir." Par ailleurs, François Hollande a rappelé que 15 000 hommes et femmes de la réserve opérationnelle seront mobilisés d'ici à la fin du mois, et que des réservistes de l'armée viendront au soutien des forces de l'ordre. Il a également passé un appel aux jeunes qui souhaiteraient s'engager, assurant que "nous devons constituer à terme une véritable garde nationale pour, à côté de nos forces de sécurité, avoir tout le soutien de la nation."

A LIRE AUSSIL'attentat de Nice renforce les convictions des futurs réservistes en formation à Saint-Astier

Durcissement de l'action en Syrie et en Irak

Le président l'avait annoncé tout de suite après l'attentat de Nice : la France va durcir l'action militaire qu'elle mène au sein de la coalition internationale sur les territoires de Daech. François Hollande a précisé vendredi qu'il s'agirait de fournir des moyens d'artillerie à l'armée irakienne "dès le mois prochain" ainsi que de déployer le porte-avion Charles de Gaulle afin "d'intensifier les frappes sur le groupe terroriste avec nos avions Rafale", tout en rappelant que les soldats français ne combattront pas au sol.