Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Au conseil municipal de Firminy : des échanges houleux, le maire condamné pointé du doigt

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'ambiance était tendue au conseil municipal de Firminy ce lundi soir dans la Loire. C'était la première fois que les élues se retrouvaient depuis la condamnation en appel du maire communiste Marc Petit à six mois de prison avec sursis.

La maire de Firminy Marc Petit lors du conseil municipal.
La maire de Firminy Marc Petit lors du conseil municipal. © Radio France - Victor Vasseur

Firminy, France

Dès les premières phrases du conseil municipal, Laurence Juban accuse, soutenue par neuf autres élus de la majorité. L'adjointe à la culture s'adresse au maire : "Comment peux-tu représenter et incarner la loi quand toi même tu considères qu'une décision de justice ne change rien ?

Laurence Juban poursuit : "Non Marc, la victime, ce n'est pas toi". "Vous ne représentez plus que vous même. Vous avez sali cette commune" renchérit Julien Luya, de l'opposition.

L'un des membres de l'opposition de droite Julien Luya. - Radio France
L'un des membres de l'opposition de droite Julien Luya. © Radio France - Victor Vasseur

A ECOUTER - Laurent Luya, de l'opposition : "Nous venons au conseil à reculons".

Encore deux conseils municipaux

Le maire Marc Petit, écoute, prend des notes, hoche la tête et distribue la parole. Puis, il se défend, point par point : "Je suis innocent" martèle-t-il. L'un de ses soutiens au conseil municipal lui vient en aide : "Les arbitres de la communes seront les électeurs".

Mais le mal est fait pour un autre élu de l'opposition : "L’atmosphère est de plus en plus nauséabonde. Le conseil se délite." Déjà 50 minutes de retard à cause de ces débats. Il reste encore deux conseil municipaux avant les élections du mois de mars.

A ECOUTER - Le reportage de Victor Vasseur lors du conseil municipal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu