Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Au marché de Chenôve, le Parti communiste veut "redonner la parole au peuple"

-
Par , France Bleu Bourgogne

"Que demande le peuple"? C'est le nom d'un questionnaire lancé au niveau national par le PCF et le Front de gauche. En Côte d'Or, il était distribué, ce dimanche, sur le marché de Chenôve. Il est disponible également sur Internet.

Des militants PCF discutent avec un passant
Des militants PCF discutent avec un passant © Radio France - Magali Fichter

Chenôve, France

Pour les militants, l'exercice est difficile : il ne suffit pas de distribuer un tract qui, bien souvent, finira coincé et oublié entre les tomates et les courgettes achetées au marché. Non, il faut convaincre les passants de s'arrêter, de prendre dix minutes pour remplir ce questionnaire

A quoi ressemble-t'il ? Un petit papier jaune, et neuf questions : "Que faut-il changer dans votre vie quotidienne" ou encore, "Qu'attendez-vous de la politique". A chaque fois, il y a plusieurs propositions à cocher, dont certaines découlent directement du programme ou des idées du Parti communiste ("Limiter l'échelle des salaires de 1 à 20", "Aller vers les 32 heures de travail hebdomadaire"), et d'autres sont plus générales ("Je veux plus de sécurité", "Je veux partir à la retraite plus tôt", etc).

"Les gens ont l'impression de ne pas être écoutés, et ils ont raison"

Le problème, c'est que de nombreuses personnes sont dégoûtées, non pas de la politique, mais DES politiques (selon une étude du Cevipof, 88% des Français pensent que les responsables politiques "ne se préoccupent pas" de ce qu'ils pensent). C'est ce qu'explique Abdel, qui s'est arrêté quelques instants pour discuter avec un militant : "La politique, on est dedans qu'on le veuille ou non. Mais arrivé à un certain niveau, vous pouvez crier, faire 50 000 consultations, il ne se passera rien du tout. Et les professionnels de la politiques le savent bien !"

Isabelle de Almeida distribue les questionnaires - Radio France
Isabelle de Almeida distribue les questionnaires © Radio France - Magali Fichter

Le but est justement d'inverser la tendance, et de "redonner la parole au peuple", répondent les militants. Pour Isabelle de Almeida, la secrétaire départementale du PCF, "les gens ont l'impression de ne pas être écoutés, et ils ont raison, quand on voit ce qu'il se passe dans le pays. On le voit à travers la mobilisation contre la loi travail, on le sent aussi à travers les Nuits Debout. Nous, notre contribution, c'est cette grande enquête nationale".

Isabelle de Almeida, secrétaire départementale du PCF 21

Une enquête qui ne doit pas rester sans conséquence, puisque l'idée est de restituer ensuite les résultats au niveau national lors de la Fête de l'Huma, le 9 septembre 2016, et lors de réunions publiques locales. Et les prendre en compte au moment de l'élection présidentielle. L'objectif est d'atteindre 500 000 questionnaires remplis au niveau national (3000 pour la Fédération de Côte d'Or).