Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Au terme de trois jours de visite dans le Cher, le Premier Ministre a fait beaucoup de rencontres mais pas d'annonce

samedi 5 mai 2018 à 2:23 Par Carl Dechâtre, France Bleu Berry et France Bleu

Edouard Philippe, ses ministres son cabinet ont arpenté le département du Cher pendant trois jours de séminaire gouvernemental. Une manière de monter que l'exécutif est attentif aux zones rurales et de se pencher sur les dossiers, mais pour l'instant aucune annonce concrète n'a été faite.

Edouard Philippe, entouré du député François Cormier-Bouligeon (à gauche) du maire de Sancerre, Laurent Pabiot et du président de la Région Centre Val-de-Loire, François Bonneau (à droite)
Edouard Philippe, entouré du député François Cormier-Bouligeon (à gauche) du maire de Sancerre, Laurent Pabiot et du président de la Région Centre Val-de-Loire, François Bonneau (à droite) © Radio France - Carl Dechâtre

Cher, Centre-Val de Loire, France

Il ont mouillé la chemise, c'est certain. De mercredi à vendredi, Edouard Philippe, plusieurs de ses ministres et les membres de son cabinet à Matignon ont multiplié les rendez-vous avec différents acteurs économiques, associatifs, ainsi que des représentants de l'Etat et aussi bien sûr les élus du territoire. Un agenda chargé pour prendre le pouls du Cher et montrer l'implication  du gouvernement pour la province et les zones rurales en général. En revanche, aucune annonce n'est venu marquer ce séminaire gouvernemental de trois jours .

Promotion du département et mise en valeur de l'innovation...

Edouard Philippe a surtout mis l'accent sur l'entrepreneuriat, la capacité d'initiative et l'innovation. Il a salué des patrons de start-ups berrichonnes en plein développement, rencontré des agriculteurs dont les modes de production s'appuient sur les nouvelles technologies ou encore visité les locaux du Cetim-Certec de Bourges, le centre de ressources technologiques de la mécanique et des matériaux. Une manière de promouvoir le territoire dont se félicite entre autres Olivier Leroux, le directeur du Cetim-Certec. Michel Autissier, le président du conseil départemental a lui aussi apprécié l'implication du Premier Ministre.

A Bouges-Lahitolle, Edouard Philippe et Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances ont visité le pôle de formation professionnelle - Radio France
A Bouges-Lahitolle, Edouard Philippe et Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances ont visité le pôle de formation professionnelle © Radio France - Carl Dechâtre

...Mais pas de coup de pouces aux territoires ruraux 

En revanche, le président du conseil régional de Centre-Val-de-Loire François Bonneau, s'il a lui aussi salué la démarche gouvernementale attendait peut-être un peu plus de mesures concrètes de la part de l'Etat pour revitaliser les zones rurales. Il souhaite en tout cas une politique plus volontariste en terme d'aménagement du territoire pour rétablir l'équilibre entre zones rurales et grandes métropoles en terme de développement économique d'accès aux services publics ou aux services de Santé. 

Opération-séduction à Sancerre, Edouard Philippe a visité le centre-ville et échangé queqlues mots avec les habitants  - Radio France
Opération-séduction à Sancerre, Edouard Philippe a visité le centre-ville et échangé queqlues mots avec les habitants © Radio France - Carl Dechâtre

Mais les retombées de la visite se feront peut-être sentir plus tard, en décembre dernier le premier séminaire gouvernemental, à Cahors, avait permis à la ville de bénéficier d'un petit coup d'accélérateur sur des dossiers en souffrance avait confié le maire de la commune sur notre antenne.