Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aubusson : le maire prend un arrêté pour autoriser la réouverture des commerces du centre-ville

-
Par , France Bleu Creuse

Michel Moine a pris un arrêté ce vendredi 30 octobre pour autoriser la réouverture des commerces d'Aubusson, fermés car "non essentiels". La préfecture indique qu'une procédure d'urgence a été lancée pour casser l'arrêté municipal : les commerces d'Aubusson ont donc interdiction d'ouvrir ce weekend.

Un arrêté municipal autorise les commerçants d'Aubusson à rouvrir, malgré la fermeture imposée par l'Etat des commerces "non essentiels"
Un arrêté municipal autorise les commerçants d'Aubusson à rouvrir, malgré la fermeture imposée par l'Etat des commerces "non essentiels" © Radio France - Manon Klein

Fleuristes, libraires, magasins de vêtements... A Aubusson, un arrêté daté de ce vendredi 30 octobre les autorise à rouvrir malgré la fermeture obligatoire, imposée par l'Etat, des commerces jugés "non essentiels", c'est-à-dire ne vendant pas de produits de première nécessité depuis jeudi 29 octobre au soir avec l'entrée en vigueur du confinement. 

Ce vendredi 30 octobre, le maire d'Aubusson a pris cet arrêté autorisant la réouverture des commerces du centre-ville d'Aubusson : "Il y  a un sentiment d'une forte inégalité des commerçants, explique Michel Moine à France Bleu Creuse. _Les grandes surfaces restent ouvertes et vendent des produits alimentaires mais aussi des fleurs, des livres... ce que vendent aussi les boutiques indépendantes_. C'est une atteinte économique très importante car leurs équilibres financiers sont souvent fragiles."

Une stigmatisation des commerces indépendants

Michel Moine juge que cette fermeture "_stigmatise les commerces : on donne le sentiment que c'est là que les contaminations se font. Or, l_'Agence régionale de santé nous parle de contaminations lors d'après-matches, pendant des parties de chasse, des fêtes de famille ou dans les Ehpad, pas dans les commerces. Alors au nom de quoi les commerces devraient-ils être les seuls à payer les pots cassés par d'autres ?"

L'arrêté municipal cassé par une procédure juridique d'urgence

"C'est une démarche politique : il y a un message très fort adressé à notre gouvernement sur l'inéquité de cette décision et les conséquences dramatiques qu'il peut y avoir pour les commerces. Notre arrêté est illégal, souligne le maire d'Aubusson, nous verrons ce que dira le tribunal administratif : en attendant, le document a été déposé en sous-préfecture, il est opposable".

Cet arrêté autorise donc les commerces d'Aubusson à rouvrir dès ce vendredi soir. Mais que se passe-t-il si les commerces rouverts sont rappelés à l'ordre par les forces de l'ordre, avec une amende par exemple ? "Je pense que les commerçants seront fondés à contester cette amende. Mais le souci des commerçants, c'est un souci de survie économique, juge Michel Moine. Si il faut rentrer dans des actes de résistance, il faut comprendre leur démarche"

Actualisation 17h53 ce vendredi soir : Contactée par France Bleu Creuse, la préfecture de la Creuse indique qu'un déféré en référé, une procédure juridique d'urgence, a été pris contre cet arrêté municipal de la mairie d'Aubusson. Cela casse donc l'arrêté municipal pris : cela signifie donc que les commerces d'Aubusson n'ont pas le droit d'ouvrir.

La Souterraine et d'autres communes françaises suivent le mouvement 

Quelques heures après la publication de l'arrêté de Michel Moine, le maire de La Souterraine, Etienne Lejeune a aussi pris un arrêté du même acabit.  "Dans les choix actuels du Gouvernement, il n'est pas soutenable de constater une telle rupture d'égalité entre commerce local et grande distribution", indique l'équipe municipale dans un communiqué. "Nous demandons, face à cette rupture d'égalité naissante lors du premier confinement et assommante aujourd'hui, que des mesures soient prises pour rétablir cette équité bafouée".

En France de nombreux autres mairies ont pris des arrêtés similaires. C'est le cas notamment à Brive, Perpignan, Chalon sur Saône, Fresnay sur Sarthe, Migennes etc. Ces élus espèrent faire bouger les choses. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess