Politique

Aubusson : Michel Moine s'explique sur sa démission du PS

Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse mercredi 30 mars 2016 à 10:29

Michel Moine invité de France Bleu Creuse
Michel Moine invité de France Bleu Creuse © Radio France - Maxime Tellier

Le maire d'Aubusson a claqué la porte du Parti Socialiste après 36 ans passés comme militant. C'est la "trahison" du sénateur PS Jean-Jacques Lozach vis à vis de sa Communauté de communes qui l'a décidé à partir. Il l'a dit ce mercredi sur France Bleu Creuse.

"Traîtrise, forfaiture", les mots utilisés par Michel Moine sur son compte Facebook et sur son blog depuis quelques semaines n'étaient adressés qu'à un seul homme : Jean-Jacques Lozach, sénateur PS de la Creuse et ex président du Conseil départemental. Le maire d'Aubusson l'a confirmé ce mercredi sur France Bleu Creuse : il n'a pas supporté l'attitude du parlementaire vis à vis de la Communauté de communes Creuse Grand Sud, dont Michel Moine est le président.

Dans le regroupement des intercommunalités en cours en Creuse, l'intercommunalité de Michel Moine risquait de se retrouver seule et isolée : "je ne pouvais pas accepter que le territoire dont je suis l'élu se trouve écarté, marginalisé par la décision d'un seul et donc cela a justifié que je quitte ce parti auquel j'ai consacré beaucoup de temps et d'énergie ces dernières années." Au final, Creuse Grand Sud devrait fusionner avec ses voisines, Bourganeuf - Royère et Pays Creusois Thaurion Gartempe suivant le projet de regroupement retenu par le préfet mardi, mais Michel Moine ne reviendra pas sur sa démission.

Le maire d'Aubusson a aussi mis en avant la politique du gouvernement pour expliquer son départ du PS. Politique dont sa ville fait les frais : le guichet SNCF de la gare routière risque de fermer et l’hôpital pourrait perdre son service de chirurgie ambulatoire sur décision de l'Agence régionale de santé. Mais Michel Moine invoque d'autres raisons, comme la politique économique menée par l'exécutif.

"Je ne conteste pas à François Hollande de mener la politique qu'il est en train de mener. Simplement, j'aurais voulu qu'il soit élu sur ce programme. Il a été élu sur un autre programme. Je fais partie de ces millions de Français qui ne retrouvent plus de lieu d'expression politique qui leur convient (...). Ce que je reproche aussi à mon ancienne formation politique, c'est de ne pas respecter ses statuts : Dans nos statuts, il y a le non-cumul des mandats et la primaire. Et on voit bien comment nous nous apprêtons à marcher dessus pour l'un et à ne pas respecter l'autre. Les statuts dans un parti, c'est comme la constitution dans un Etat, on se doit de les respecter."

Michel Moine était l'invité de France Bleu Creuse ce mercredi