Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

Autoroute A45 : Nicolas Hulot souhaite "se faire sa propre opinion et recevoir les différents acteurs"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu
Lyon, France

En visite à Lyon, le ministre de l'écologie est revenu sur le projet d'autoroute A45 entre Saint-Étienne et la métropole lyonnaise. Sur ce dossier, il veut se "donner le temps", mais rappelle que "les enjeux du XXe siècle ne sont peut-être pas ceux du XXIe".

Nicolas Hulot en visite à Lyon est revenu sur le projet A45
Nicolas Hulot en visite à Lyon est revenu sur le projet A45 © Radio France - Kevin Boderau

Le projet d'autoroute A45 est sur la table du Conseil d'État depuis mardi dernier. En cas d'avis favorable de l'institution (la décision doit être rendue la semaine prochaine) sur ce projet à 1.2 milliards d'euros, le dossier sera transmis au Premier ministre Édouard Philippe mais ce serait le ministère de la Transition écologique et solidaire de Nicolas Hulot qui devrait trancher.

L'ancien présentateur d’Ushuaïa se savait évidemment attendu sur cette question qui divise entre Loire et Rhône et dont on lui prête une position d'opposant. "Dans tous les départements de France, il y a des projets complexes avec des points de vue très différents, mais avec une sincérité de chaque côté sauf que tout le monde n'a pas la même grille de lecture", a expliqué Nicolas Hulot en préambule.

"Je vais évaluer la pertinence des arguments des uns et des autres et évaluer les situations juridiques" — Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire

Sur l'autoroute A45, le ministre veut surtout se donner le temps : "c'est l’urgence qui nous tue dans tout", a-t-il lâché. Pour les porteurs du projet, notamment du côté de l'agglomération stéphanoise et de la Région, qui disent attendre depuis plus de 30 ans, il semble qu'il va donc falloir prendre encore son mal en patience.

Nicolas Hulot, opposant à l'A45 ? Le reportage de France Bleu Saint-Étienne Loire

Tout le monde a raison de s’inquiéter

A la question s'ils ont des raisons de s'inquiéter sur sa nomination au ministère de l'écologie par rapport à l'A45, le ministre botte en touche : "Tout le monde a raison de s'inquiéter car ils ne savent pas ce que l'on va décider". On a connu plus rassurant. Mais Nicolas Hulot rappelle que sa position, qu'il veut appliquer à l'ensemble de ces questions de transports, c'est que : "les enjeux du XXe siècle ne sont peut-être pas ceux du XXIe (...) ma grille de lecture, c'est où est-ce qu'on va et où est-ce qu'on n'a surtout pas envie d'aller".

"Tout le monde a raison de s'inquiéter" - Nicolas Hulot - Ministre de l'écologie

Un motif d'espoir peut-être pour les porteurs du projet A45. Nicolas Hulot ne savait pas qu'il avait été invité par le collectif Anti A45 à venir visiter le site le 1er et 2 juillet prochain. Sa présence aurait sans doute définitivement enterré le projet.

Bernard Bonne agacé

Les premières déclarations de Nicolas Hulot sur l'A45 ont évidemment été suivies avec beaucoup d'attention par les porteurs du projet. le Président du Conseil Départemental de la Loire Bernard Bonne n'a pas vraiment apprécié : "Je suis agacé, inquiet oui mais agacé. C'est trop facile de remettre en cause les projets comme ça parce que l'on arrive dans un gouvernement ou parce que l'on pense que les autres n'ont pas réfléchis aussi bien que vous-même (...) remettre en cause le projet ce n'est pas normal".

"Je suis agacé" - Bernard Bonne, Président du Conseil Départemental

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu