Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

"Avec 33 listes, le débat sur l'avenir de l'Europe risque d'être marginalisé" selon l'eurodéputé mayennais Jean Arthuis

-
Par , France Bleu Mayenne

33 listes ont été déposées pour les élections européennes, un record ! La campagne pour le scrutin du 26 mai démarre véritablement.

Jean Arthuis dans les studios de France Bleu
Jean Arthuis dans les studios de France Bleu © Radio France

Château-Gontier, France

On trouve les principales formations politique du pays sur la ligne de départ des élections européennes. Mais également des listes étiquetées "Gilets Jaunes", une liste royaliste, un parti pirate, un parti animaliste, un communiste révolutionnaire, une liste composée uniquement de moins de 30 ans, des partisans de la décroissance ou de l’espéranto. 

Ça va prendre des allures d'un référendum pour ou contre Macron, c'est absurde", Jean Arthuis

Tout et son contraire en quelque sorte, ce qui ne favorisera pas l'échange et le débat selon l'eurodéputé mayennais Jean Arthuis : "je regrette cette multiplication de listes parce que le débat sur l'avenir de l'Europe risque d'être marginalisé. Malheureusement, un certain nombres de formations profitent de ces circonstances pour présenter des listes afin d'occuper l'espace médiatique au détriment du débat et de ce que nous voulons comme Europe pour préparer notre avenir face aux géants chinois, américain, indien, brésilien, les géants du numérique et de la finance". 

Jean Arthuis redoute, par ailleurs, que les enjeux nationaux prennent le dessus sur les enjeux européens, que le scrutin du 26 mai serve d'avant-match pour la présidentielle 2022 : "ça va prendre des allures d'un référendum pour ou contre Macron et c'est absurde. Notre démocratie est vraiment en crise". L'eurodéputé mayennais en termine avec son mandat, le dernier de sa carrière. L'ancien maire de Château-Gontier-sur-Mayenne et ancien président du Département de la Mayenne a décidé de prendre sa retraite de la vie politique.