Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : L'avenir institutionnel de l'Alsace dans le Grand Est

Avenir de l'Alsace : Edouard Philippe reçoit les élus alsaciens à Matignon lundi

dimanche 28 octobre 2018 à 19:39 Par Wyloen Munhoz-Boillot et Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les parlementaires alsaciens ont rendez-vous lundi après-midi à Matignon. Le premier ministre Edouard Philippe doit leur annoncer la couleur de l'avenir institutionnel de l'Alsace.

Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit lundi après-midi à Matignon une délégation d'élus alsaciens pour évoquer le projet du gouvernement de fusionner les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin.
Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit lundi après-midi à Matignon une délégation d'élus alsaciens pour évoquer le projet du gouvernement de fusionner les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. © Maxppp - Jean-Marc LOOS

Alsace, France

Fusion des deux départements et compétences particulières. Vendredi, Jacqueline Gourault, la ministre de la cohésion des territoires, était en Alsace pour un ultime tour de table. Lundi 29 octobre, c'est au tour d'Edouard Philippe, le Premier ministre, de recevoir les élus alsaciens.

Le bilan : un département alsacien naîtra de l'accouplement du Bas et du Haut-Rhin. Sur ce point tout le monde est d'accord : le projet rejeté par référendum en avril 2013 va finalement s'imposer sans que l'Alsace ne sorte du Grand-Est.

Les routes et les autoroutes devraient passer sous bannière alsacienne

Mais une Alsace pour quoi faire ? C'est là que le bât blesse. Les routes et les autoroutes devraient passer sous bannière alsacienne ce qui permettrait de lancer une éco-taxe poids-lourds locale et réguler le trafic international. 

Mais à part ça, et la possibilité de circuler sur les routes avec des plaques Alsace, les parlementaires Les Républicains sont sortis plutôt remontés de la réunion de vendredi : rien disent-ils sur l'économie, le bilinguisme ou le tourisme. "Beurrer des miettes ne fait pas un festin" a résumé Laurent Furst, le député de Molsheim et patron des LR du Bas-Rhin.