Politique

Bataille droite/gauche au conseil régional à propos d'un prêt accordé à Sud Ouest

Par Noémie Bonnin, France Bleu Gironde et France Bleu Périgord lundi 14 septembre 2015 à 19:12 Mis à jour le mardi 15 septembre 2015 à 5:17

Alain Rousset (parti socialiste) et Jérôme Peyrat (Les Républicains).
Alain Rousset (parti socialiste) et Jérôme Peyrat (Les Républicains). © Radio France - Noémie Bonnin

Le président socialiste a fait voter une prêt de 900 000 euros de la région au groupe Sud Ouest. A trois mois des élections régionales, l'opposition de droite dénonce une volonté de draguer les médias.

La campagne pour les élections régionales vient de passer un cap dans l'affrontement droite/gauche. Le point de crispation, cette fois, est à propos d'un média bien connu dans la région : Sud Ouest. Alain Rousset, le président socialiste de la région Aquitaine vient de faire voter un prêt de 900 000 euros au groupe propriétaire du journal, la Sapeso.

Nous contestons une méthode qui consiste à vouloir s'attirer les bonnes grâces de la presse.

— Jérôme Peyrat, Les Républicains

Mais la droite dénonce le calendrier de cette mesure, trop rapproché des élections régionales, prévues en décembre prochain. "Nul ne conteste que le groupe Sud Ouest a besoin de cette aide" explique Jérôme Peyrat, conseiller régional Les Républicains. "Mais nous contestons une méthode, qui consiste à le faire très très vite, et évidemment à vouloir s'attirer les bonnes grâces de la presse en général. Nous aurions aimé travailler ensemble avec la majorité."

Nous faisons juste notre travail d'accompagnement aux entreprises.

— Alain Rousset, Parti socialiste

Alain Rousset se défend : "Les élections n'ont rien à voir" explique le président socialiste de la région Aquitaine. "Depuis longtemps Sud Ouest me dit que c'est une question d'urgence. Nous faisons juste notre travail d'accompagnement aux entreprises, il se trouve que cette entreprise est un média. Et alors ? s'emporte Alain Rousset. "Nous l'avons fait pour beaucoup d'entreprises, je ne vois pas pourquoi j'arrêterai parce que cette entreprise s'appelle Sud Ouest. Le journal a subi un plan de restructuration, et avait besoin de ce prêt rapidement pour boucler le dossier auprès des banques.