Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Bataille politique et judiciaire autour du futur quartier des Hauts de Lattes

lundi 11 mars 2019 à 8:14 Par Adrien Serrière, France Bleu Hérault

Le projet immobilier du futur quartier des Hauts de Lattes est contesté dans la commune héraultaise. Une bataille judiciaire est engagée entre deux associations de défense de l'environnement et la mairie qui a délivré les permis de construire.

Le futur quartier des "Hauts de Lattes" doit être bâti sur une friche près du ruisseau de la Lironde.
Le futur quartier des "Hauts de Lattes" doit être bâti sur une friche près du ruisseau de la Lironde. © Radio France - Adrien Serrière

Lattes, France

Dix à douze immeubles, 800 logements. Voilà ce que prévoit le projet immobilier des Hauts de Lattes sur une friche située près du ruisseau de la Lironde, entre le mas de Couran et le domaine de Soriech. Ses détracteurs le jugent "démesuré" et surtout non respectueux de l'environnement. Le tribunal administratif de Montpellier a rendu, le 18 janvier, plusieurs jugements à son sujet : d'une part, il valide la modification du plan local d'urbanisme, ouvrant ainsi la porte aux travaux. D'autre part, il annule partiellement les permis de construire de deux immeubles, obligeant les promoteurs et la mairie à revoir leur copie. 

Victoire pour les associations de défense de l'environnement

Cette décision est une "grande satisfaction" pour les associations "Lattes environnement paysage" et "Non au béton", opposées au projet qui menace, selon elles, une zone d'habitat et de chasse de chauves-souris, dont certaines appartiennent à des espèces protégées. "Quand le maire nous dit que son projet respecte l’environnement c’est faux, analyse Jean-Noël Fourcade, porte-parole de Lattes environnement paysage et opposant au maire. Les deux premiers permis qui viennent d’être annulés étaient en plein cœur d’un corridor écologique répertorié depuis 2013 mais le maire n’en a pas tenu compte." 

... et victoire pour la mairie 

Le maire de Lattes, Cyril Meunier, voit aussi la décision du tribunal administratif de Montpellier comme un succès : "La décision majeure c’est la validation du quartier sans aucune retenue", réagit l'élu qui doit maintenant "refaire le projet complètement pour qu’il soit en règle avec ce qui nous est autorisé de faire". Cette procédure judiciaire ? Des "recours politicards" pour Cyril Meunier qui regrette le temps perdu. 

Les engins de chantier ayant servi aux fouilles archéologiques préalabales sont toujours sur place mais les travaux ne devraient pas commencer avant un ou deux ans. - Radio France
Les engins de chantier ayant servi aux fouilles archéologiques préalabales sont toujours sur place mais les travaux ne devraient pas commencer avant un ou deux ans. © Radio France - Adrien Serrière

La bataille judiciaire n'est pas finie

Les travaux commenceront, au plus tôt, "en 2020 ou 2021", précise le maire de Lattes. Mais avant il faudra aller au bout de la procédure judiciaire et elle n'est pas finie puisque les associations de défense de l'environnement vont faire appel de la décision du tribunal administratif de Montpellier. Lattes environnement paysage compte démontrer lors de cette nouvelle audience que le projet ne respecte pas la loi littoral. 

Quelle urbanisation à Lattes ? 

Au-delà du projet Hauts de Lattes, c'est toute la question de l'urbanisation de la ville qui fait débat. Ainsi, l'association Non au béton s'oppose à une expansion urbaine "déraisonnable" : "Il y a suffisamment de friches et de bâtiments à rénover en zone urbaine pour ne pas aller s’étendre sur des zones vierges", affirme le vice-président Alain Berthet qui voit dans la politique du maire "une course à l’échalote pour construire plus vite que Castelnau"

Réponse de Cyril Meunier : "Sur les trois derniers mandats de mes opposants, il y a eu 120 hectares de bâtis. Sur mes trois mandats, 16 hectares. Alors qui est l'urbaniste fou ?" Il assure être contraint à faire construire pour répondre aux besoin de logements sociaux dans la commune et à la pression immobilière qui a déjà fait flamber les prix à Lattes.