Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Belfort : le maire suspend la collaboration entre les polices municipale et nationale

Le maire LR de Belfort Damien Meslot a suspendu certaines actions de coopération avec la police nationale, après la mise en garde à vue de deux agents de police municipale dans le cadre d'une enquête pour "faux en écriture". L'opposition de gauche a vivement réagi.

Le maire de Belfort Damien Meslot
Le maire de Belfort Damien Meslot © Maxppp - Philippe Piot

La guerre des polices continue à Belfort. Mais elle s'invite à présent sur le terrain politique. Le maire Les Républicains de Belfort Damien Meslot annonce ce jeudi suspendre, jusqu'à nouvel ordre, certaines actions de coopération avec la police nationale. Le maire de la cité du Lion réplique ainsi à la mise en garde à vue début mai, de deux agents de la police municipale.

Les deux agents font l'objet d'une enquête pour "faux en écriture publique par personne dépositaire de l'autorité publique". Tout est lié à l'interpellation d'un conducteur de scooter à Belfort le 17 avril dernier. Dans leur rapport, les policiers municipaux incriminent le mis en cause, mais la vidéo surveillance mettrait à mal leur version, selon les éléments d'enquête rendus publics par le procureur de la République de Belfort Eric Plantier, qui a ouvert une information judiciaire pour le même motif.

L'affaire prend une tournure politique

"C'est pour afficher mon agacement envers l'Etat qui se décharge sur les collectivités locales". Damien Meslot ne s'étend pas plus pour justifier sa décision de suspendre la collaboration avec la police nationale. Le maire de Belfort confirme à France Bleu Belfort Montbéliard qu'il a bien écrit au Directeur Départemental de la Sécurité Publique (DDSP) pour lui faire part de sa position. Histoire de bien rappeler qu'il considère la garde à vue des deux policiers municipaux "disproportionnée". "Sans juger du volet judiciaire", insiste-t-il.

Que change cette fin de coopération ?

Concrètement que veut dire cette interruption de coopération entre les deux polices ? On parle d'opération de sécurité publique, de patrouilles communes ou encore de renfort apporté par les policiers municipaux. Mais Damien Meslot se veut rassurant. Il n'empêchera pas ses agents de prêter main forte en cas de besoin à la police nationale. Il s'agit surtout d'une posture politique. "C'est une décision qui n'est pas définitive" conclut Damien Meslot.

En attendant, les deux agents municipaux doivent être entendus par un juge d'instruction, le dossier a été dépaysé au tribunal de Besançon.

Vives réactions de l'opposition

Samia Jaber, conseillère d'opposition de gauche, candidate aux municipales en duo avec Bastien Faudot, dénonce une "décision inacceptable" de la part de Damien Meslot. "La police municipale n'est pas une milice privée au service du maire", clame-t-elle dans un communiqué, rejointe par Bastien Faudot qui parle lui "d'un mauvais coup porté à la sécurité des Belfortains".

Le collectif de gauche 2020 en commun, soutenu par Europe écologie les verts, et sa tête de liste Mathilde Nassar, elle-même candidate aux municipales, parle d'une prise de position d'une "gravité exceptionnelle" et demande au maire de Belfort de revenir sur sa décision et de "laisser la justice faire son travail".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess