Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Selon Benjamin Griveaux, le gouvernement n'est pas "sourd" aux gilets jaunes, "important de dialoguer"

vendredi 30 novembre 2018 à 11:41 Par Olivier Uguen et Yves Tusseau, France Bleu Pays Basque

Le porte-parole du gouvernement était l'invité de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin, à la veille d'une nouvelle journée de manifestations des "gilets jaunes" à Paris et en région. "La question du pouvoir d'achat est centrale pour nous", "on veut que le travail paie mieux".

Benjamin Griveaux était l'invité de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin
Benjamin Griveaux était l'invité de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin © Radio France - Frédéric Fleurot

Bayonne, France

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux effectue une visite de deux jours au Pays Basque, sur le thème du développement économique et de l’attractivité. Jeudi, il a passé une journée chahutée, et fait face à la colère des "gilets jaunes" venus a sa rencontre, d'abord lors de la visite d'une entreprise sur la zone de fret de Mouguerre, puis en soirée en marge d'une réunion publique à Saint-Jean-de-Luz, où des parents d'ikastola (écoles en langue basque) s'étaient aussi rassemblés pour dénoncer le manque de moyens.

A la veille d'une nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris et en région et alors que des porte-paroles doivent être reçus dans l'après-midi par le Premier ministre, Benjamin Griveaux était l'invité de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin, cherchant l'apaisement après deux semaines de crise. "Il est important de dialoguer, de dire quel est l'horizon que nous avons fixé, comment on compte assurer cette transition écologique et comment on compte l'accompagner", a expliqué le porte-parole du gouvernement au micro d'Yves Tusseau.

Des dispositifs d'aides existent déjà mais manquent selon lui de popularité. "560000 Français n'ont pas demandé le chèque énergie". "C'est de l'argent auquel les Français ont le droit pour les accompagner".

"Ce n'est pas en 18 mois qu'on va régler les problèmes que les Français connaissent depuis des années", ajoute Benjamin Griveaux, qui "assume" d'avoir supprimé l'ISF et défend la politique du gouvernement an matière économique et sociale. "La question du pouvoir d'achat est centrale pour nous mais c'est par le travail", "on veut que le travail paie mieux".

Benjamin Griveaux s'est aussi exprimé sur d'autres sujets d'actualité du moment au Pays Basque, comme la ligne SNCF Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port, les migrants, et les ikastola.

Au sujet de la ligne SNCF Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port : le gouvernement va mettre de l'argent sur les petites lignes et travailler sur le cadencement, explique-t-il. 

Sur les migrants, de plus en plus nombreux à traverser la frontière via le Pays Basque, il prône toujours "la fermeté et l'humanité mais pas à n'importe quel prix". 

Quant à la demande de postes supplémentaires de Seaska, les écoles en langue basque. "Nous sommes attachés aux langues régionales et nous sommes prêts à travailler sur une nouvelle convention", dit-il, tout en rappelant que le taux d'encadrement est déjà selon lui très favorable dans les écoles membres de la fédération.