Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Biarritz : la Cour des Comptes a trouvé des "anomalies juridiques" et "erreurs de gestion" à la Cité de l'Océan

mercredi 14 mars 2018 à 6:26 - Mis à jour le mercredi 14 mars 2018 à 17:35 Par Bixente Vrignon et Oihana Larzabal, France Bleu Pays Basque

La Chambre régionale des comptes a publié un rapport ce mardi, où elle parle d'un modèle économique irréaliste. Il a manqué 120.000 visiteurs à la Cité de l'Océan pour équilibrer les comptes.

La cité de l'Océan à Biarritz
La cité de l'Océan à Biarritz © Maxppp - Patrick Bernière

Biarritz, France

La Cité de l'Océan de Biarritz est loin d'être tirée d'affaire. C'est la Chambre régionale des comptes qui le dit dans un rapport de 77 pages que vous pouvez consulter en cliquant sur ce lien. 

La juridiction pointe du doigt des "anomalies juridiques", des "risques de conflit d'intérêt" et avertit que la structure juridique est loin d'être tirée d'affaire. La météo favorable de l'été dernier a dopé les entrées pour 2017 mais il serait "prématuré de considérer que la SEM (Société d'Economie Mixte) est tirée d'affaire".

Un communiqué implacable

Le rapport de la Chambre régionale des comptes parle d'un modèle économique "ambitieux mais irréaliste générant de lourdes pertes" et désigne clairement la ville comme fautif principal. Elle n'a pas respecté les préconisations de l'Etat, la stratégie marketing a été hésitante et la gestion est marquée par de nombreuses "anomalies juridiques"... 

Le montant des pertes entre 2011 et 2015 est de plus d'1.700.000 €. En 2015, le capital a été ouvert à la région Nouvelle-Aquitaine, la Communauté d’Agglomération Pays Basque, le département des Pyrénées-Atlantiques pour apurer les dettes, mais Biarritz a dû renoncer à une grosse partie de la redevance de cette infrastructure.

Le nouveau modèle économique prévoit un équilibre à 350.000 entrées, 100.000 de moins qu'à l'origine. Même si les maires successifs de Biarritz font valoir l'impact de la Cité de l'Océan sur l'activité touristique locale, dans leur réponse, la Cour conclut que cela ne les exonère pas de leur responsabilité dans "les erreurs de gestion de toute nature qui ont marqué les premières années de la société".

La Cité de l'Océan tient le cap

"Tout n'est pas à peindre en noir, il y a beaucoup d'indicateurs positifs" estime pour sa part l'adjoint au maire Guillaume Barucq, également administrateur de la Cité de l'Océan. "On reproche beaucoup de choses dans ce rapport sur le lancement et les démarrages difficiles de la Cité mais depuis les choses ont évolué. Il y a eu un sauvetage, un plan de relance qui donne des fruits. Aujourd'hui, les comptes sont en train de passer au positif"

"Ce projet trouvera sa vitesse de croisière" — Guillaume Barucq, administrateur de la Cité de l'OCéan

Le maire de Biarritz et président de la SEM Biarritz Océan, Michel Veunac, que nous avons sollicité, n'a pas souhaité réagir.

"L'aspect 'chiantifique' de la Cité de l'Océan n'a pas échappé à la Chambre Régionale des Comptes" — ironise Jean-Benoit Saint Cricq, conseiller municipal d'opposition à Biarritz

Avec sa double casquette de conseillère municipale d'opposition et de conseillère départementale, Maider Arosteguy dénonce la gestion du maire qui est aussi président de la SEM Biarritz Océan.

Maider Arosteguy, conseillère municipale d'opposition, n'est pas surprise par les conclusions du rapport