Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Les élections municipales sur France Bleu Isère

Jean-Michel Revol maire de Saint-Marcellin : "oui j'ai peur du vide"

-
Par , France Bleu Isère

Jean-Michel Revol, maire de Saint-Marcellin depuis 1995 ne se représentera pas en mars prochain, il écrit une lettre aux Saint-Marcellinois pour leur expliquer son choix et dresse sur France Bleu Isère le bilan d'un quart de siècle d'action publique.

Jean Michel Revol maire de Saint-Marcellin
Jean Michel Revol maire de Saint-Marcellin © Radio France - Nicolas Crozel

Saint-Marcellin, France

“La vie publique ? J'y suis tombé dedans quand j’étais petit”, ironise l’actuel maire de Saint-Marcellin. A la tête de la commune de plus de 8 000 habitants depuis l’âge de 30 ans, Jean-Michel Revol prendra sa retraite municipale en mars prochain au terme d'un quart de siècle passé dans le fauteuil de premier magistrat. Il enverra lundi, une lettre aux Saint-Marcellinois pour leur annoncer la nouvelle et les remercier de lui avoir fait confiance pendant quatre mandats. 

“Un nouveau regard sur la ville”

Un passage de flambeau "utile pour la vie démocratique locale”, selon Jean-Michel Revol. Il estime que “Saint-Marcellin a besoin qu’une autre équipe porte un nouveau regard sur la ville.” Lorsqu’il se retourne sur la fonction de maire qu'il a occupé pendant 25 ans, il trouve qu'elle “s’est professionnalisée”. S’il dit être “un peu fatigué”, il est surtout ému à l'idée de se retirer de la vie publique

Jean-Michel Revol confie avec une certaine émotion avoir “_peur du vide”et rend hommage à ses administrés, à son père, déjà lui même élu de la ville de Saint-Marcellin et au sénateur André Vallini dont il fut le suppléant à l'assemblée nationale dans les années 2000. Il conclut avec un conseil : “ne pas faire des différences des contradictions permanentes car la diversité est une force si l’on souhaite que nos communes et collectivités s’en sortent.”_

Choix de la station

France Bleu