Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bientôt deux nouveaux postes de police municipale à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Louis Aliot veut "continuer à dérouler" son programme, lui qui a été élu il y a six mois, le 28 juin dernier, maire de Perpignan. L'occasion de tirer un bilan de ce premier semestre, lors duquel, en plus de la crise sanitaire, il a été beaucoup question de sécurité.

Les nouveaux postes de police municipales devraient ouvrir au premier trimestre 2021.
Les nouveaux postes de police municipales devraient ouvrir au premier trimestre 2021. © Radio France - Romain Berchet

Ces deux postes de police municipale verront le jour dans le quartiers du Moulin à Vent et du Vernet "au premier trimestre 2021" selon Louis Aliot. Le maire de Perpignan explique également qu'il fera des annonces "dans la première quinzaine de janvier" sur les questions de "l'animation de la ville, de la rénovation urbaine, et de la reconquête républicaine de certains quartiers". 

Un premier semestre entre Covid-19 et sécurité

Ces deux nouvelles antennes de la police municipale viennent s'ajouter à celles ouvertes ces derniers mois au Palmarium, place Arago, et dans l'ancien hôtel La Cigale. 

Un positionnement sécuritaire que Louis Aliot avait annoncé dès sa campagne, et qu'il a voulu symboliser lors de sa première sortie publique comme maire de Perpignan. L'élu Rassemblement national s'était rendu dans le quartier des Oiseaux, une cité sensible du Bas-Vernet, pour "éradiquer la voyoucratie de nos quartiers". 

Le nouveau maire en avait également profité pour annoncer qu'il prendrait lui-même en charge la délégation sécurité de la mairie, ajoutant qu'il s'appuierait sur "un conseil municipal de la sécurité" formé de professionnels. 

À l'occasion d'un premier bilan, six mois après son élection, Louis Aliot assume ce volet sécuritaire de son premier semestre. "C'est aussi un signe que nous voulu donner, en recrutant des policiers supplémentaires, en mettant une brigade de nuit, avec aussi un arrêté pour fermer les épiceries de nuit dès 22h". 

Le maire dit tirer globalement un bilan "plutôt positif" de son début de mandat marqué avant tout par la gestion de la crise sanitaire. "Nous avons trouvé une situation où tout est à faire, que ce soit dans la réorganisation des services, dans les projets à mener... Je crois que nous étions attendus. Dans mon équipe, tout le monde est au travail."

"Inaction totale"

Du côté de l'opposition, le son de cloche n'est évidemment pas le même. Chantal Bruzi, cheffe de file des élus Les Républicains au conseil municipal, souligne un "bilan assez creux" et très tourné sur la communication : "On ne peut pas considérer qu'il y ait eu beaucoup d'actions dans ces six mois. Même si beaucoup disent que la crise sanitaire y est certainement pour quelque chose, je pense qu'il y avait beaucoup d'actions à mettre en place, plutôt que de faire ce qu'il a fait, c'est-à-dire communiquer uniquement sans agir."

Sur la question de la sécurité, l'élue tacle. "Il commence à comprendre combien c'est difficile d'être aux manœuvres. La critique est toujours facile et l'art est beaucoup plus difficile" appuie celle qui a été adjointe à la sécurité de Jean-Marc Pujol, renvoyant aux douze années passées de Louis Aliot comme élu d'opposition. 

Selon Chantal Bruzi, la création du poste de police du Palmarium n'en est pas une. "Il y avait des postes de police municipale dans chaque mairie de quartier. Aujourd'hui, les agents ont été déplacés, et sont installés dans ces locaux. Alors, ça fait un joli coup de com' : on a un joli panneau 'Police municipale' qui est beaucoup plus visible que dans une mairie de quartier. Mais ce n'est pas ça qui va suffire à apporter de la sécurité" raille-t-elle. 

"Quand il est était dans l'opposition, Louis Aliot voulait s'affronter au préfet, à l'Etat, il voulait être vent debout contre tous... Et aujourd'hui qu'il est maire, il est vraiment dans l'inaction totale" conclue l'avocate. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess