Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Blanquefort : quatre listes pour les premières élections après la fermeture de l'usine Ford

-
Par , France Bleu Gironde
Blanquefort, France

Quatre candidats comptent présenter une liste à Blanquefort pour les municipales 2020. Parmi les thèmes principaux : l'économie et l'emploi, après la fermeture de l'usine Ford à l'été 2019, ainsi que le développement durable.

USINE FORD DE BLANQUEFORT / FERMETURE
USINE FORD DE BLANQUEFORT / FERMETURE © Maxppp - Bonnaud Guillaume

Une quatrième liste se monte à Blanquefort pour les municipales 2020. Avec à sa tête un syndicaliste CGT de l'ex-usine Ford : Vincent Alauze. Sa candidature est soutenue notamment par le NPA de Philippe Poutou (candidat à Bordeaux) et la France insoumise. 

C'est d'ailleurs dans les locaux de Ford que Vincent Alauze a présenté ce mardi 11 janvier sa candidature fraîchement décidée. Sa liste n'est pas complète et le candidat NPA n'a pas encore de programme local défini, mais il évoque déjà un autre combat économique : "Il y a une autre usine, Getrag Ford Transmissions, qui est tout aussi menacée que la nôtre d'ici trois ans et Ford en est propriétaire à 50 %. Les syndicats alertent et personne ne les écoute. Il faut éviter que ça se reproduise car ça représente encore plus de salariés que Ford, près de 1000 avec les intérimaires", insiste le candidat NPA. 

Interrogé sur son programme local, Vincent Alauze explique "devoir déjà mener une liste puis les co-listiers élaboreront ensemble le projet" mais évoque tout de même la gratuité des transports, la gestion de l'eau par une régie et plus globalement une politique centrée autour des pouvoirs publics. 

Construire la ville d'après-Ford

Blanquefort après Ford, une thématique qui revient chez la plupart des candidats. Notamment dans le programme de Luc Sibrac, élu d'opposition et candidat divers droite, anciennement LR (présentant une liste soutenue par Communauté d'avenir). "Il y a plusieurs thèmes sur lesquels je pense que Blanquefort est à la remorque, notamment sur l'économie. Ford est parti, mais ce ne sont pas les seuls." ajoute cet élu de l'opposition qui cite l'école d'ingénieurs ou encore une maison de retraites. Lui propose de créer un pôle pour l'emploi et l'économie pour "rassembler l'ensemble des intervenants" dans le domaine. Viennent ensuite sur son programme la sécurité "qui mérite à être abordée de manière plus franche" selon Luc Sibrac, et la politique participative notamment dans l'élaboration de l'urbanisme.

L'après-Ford, Emmannuelle Plougoulm, candidate investie par LREM, en fait également sa priorité. "Inutile de revenir sur ce qui a été fait, il faut avoir une vision d'avenir et notamment pour attirer des emplois pérennes" martèle l'attachée parlementaire du député Benoît Simian qui détaille plusieurs projets qu'elle dit suivre de près en ajoutant : "Il ne faut pas mentir aux Blanquefortaises et Blanquefortais, la réindustrialisation du site va prendre des années". La déconstruction de l'usine Ford doit déjà durer jusque 2025. 

Sur cette thématique, le maire sortant martèle : "Je ne capitaliserai pas sur la détresse des gens pour gagner des voix. Nous avons tenté de lutter pendant deux ans pour que l'usine ne ferme pas puis pour sa reprise. Ce qui est important, c'est l'action collective pour les salariés et leur famille" estime Véronique Ferreira. Le maire sortant PS ajoute ensuite : "Moi je fais une campagne pour Blanquefort, pour ses emplois, et y a eu des créations d'emplois non délocalisables, notamment sur l'écoparc." La candidate insiste sur un point : "Quand on parle d'économie et d'emploi, la personne providentielle, moi je l'attends encore. Il s'agit d'une compétence partagée entre les collectivités, la ville y participe. Mais il faut être particulièrement attentif à ce sur quoi nous sommes réellement en capacité d'influer."

Le développement durable : autre marqueur fort de cette campagne

Outre son bilan, Véronique Ferreira présente un programme axé sur le sport pour tous avec la création d'une piscine communale, la rénovation du château de Fongravey pour y constituer un pôle jeunesse mais aussi de l'environnement. Le maire sortant prévoie notamment "l'apaisement de la circulation avec la création d'une grande voie verte pour la liaison entre Caychac et la sortie de Blanquefort pour faciliter les mobilités douces." Le développement durable est d'ailleurs un point que tous les candidats veulent mettre en avant. Emmanuelle Plougoulm prévoit d'ouvrir un espace de tiers-lieu : "Un lieu innovant avec un espace de co-working, une recyclerie et un espace de compostage". Luc Sibrac évoque, quant à lui, en vrac "un état des lieux du patrimoine municipal pour vérifier les normes écologiques", la mise en place de navettes électriques, une offre d'auto-partage et le développement des stations Vcub. 

Liste des candidats à Blanquefort :

  • Véronique Ferreira, liste "Ensemble vivre Blanquefort" (maire sortant, PS)
  • Emmannuelle Plougoulm, liste "Unis pour Blanquefort" (soutenue par la LREM)
  • Luc Sibrac, liste "Parole de Blanquefortais" (soutenue par Communauté d'avenir)
  • Vincent Alauze, liste en construction "Blanquefort anticapitaliste" (soutenue par le NPA et LFI).
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu