Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Politique

Bobigny : conseil municipal agité pour l'examen du rapport de la chambre régionale des comptes

jeudi 27 septembre 2018 à 1:42 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Un conseil municipal agité ce mercredi soir à Bobigny. Les élus ont examiné le rapport de la chambre régional des comptes qui épingle la municipalité UDI pour son recours aux contractuels "dans des conditions irrégulières". L'opposition dénonce un "système", des "conflits d'intérêts".

Le maire Stéphane de Paoli et son premier adjoint, Christian Bartholmé (au centre), ce mercredi soir au conseil municipal
Le maire Stéphane de Paoli et son premier adjoint, Christian Bartholmé (au centre), ce mercredi soir au conseil municipal © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

Un conseil municipal houleux, agité, ce mercredi soir à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. La municipalité UDI, élue en 2014 en battant les communistes, a dû présenter le rapport définitif de la CRC, la chambre régionale des comptes, qui examine les finances de la ville de 2010 à 2016. Ce rapport, très attendu, pointe de "nombreuses lacunes et irrégularités" notamment dans les ressources humaines. Le cas de 12 agents contractuels est notamment détaillé : embauchés dans "conditions irrégulières" à des "niveaux de rémunérations indues", selon le rapport.  Sans avoir les diplômes nécessaires certains touchaient des salaires de fonctionnaires ayant 10 à 20 ans d'ancienneté, d'autres ont été embauchés alors qu'ils avaient un casier judiciaire ou qu'ils travaillaient pour des associations subventionnées par la ville.

Un "conflit d'intérêt permanent" selon l'opposition

Au conseil municipal, Stéphane de Paoli a insisté, sous les huées d'une partie de la salle, sur les aspects positifs de ce rapport : "l'amélioration incontestable des finances de la ville", une "amélioration du suivi des avantages en nature", la "suppression du quota des carburants des élus" ou encore le "lancement de nouveaux projets". 

Mais l'opposition a dénoncé les cas des 12 contractuels pointés par les magistrats de la CRC. "Cela vous semble normal, vous n'avez même pas un mot de regret" s'est insurgé José Moury, chef de file des communistes, qui pointe "un système", et qui a provoqué la colère du maire lors du conseil. "Il y a eu conflit d'intérêt permanent entre les personnes recrutées et les associations soutenues" a dénoncé l'opposant, au micro de France Bleu Paris, soulignant, selon lui, une "totale confusion entre les intérêts privés et l’intérêt général dans cette équipe municipale".

ECOUTER - Le conseil municipal a été agité

Les 12 cas de contractuels litigieux régularisés

Comme indiqué dans le rapport, la municipalité s'est engagée dans un "plan d'action" pour redresser la situation. Sur les 12 cas de contractuels pointés par la CRC, "six ne font plus partie des services de la ville de Bobigny et six autres sont dans une situation parfaitement régulière" a détaillé Christian Bartholmé, le premier adjoint en charge des finances, peu avant le conseil, qui regrette qu'on ne s'intéresse qu'à cette partie d'un rapport qui compte 153 pages.

"Tout le monde est d'accord pour dire que les jeunes délinquants doivent être réinsérés, mais pas dans la fonction publique?"

L'élu a démenti tout clientélisme et assume avoir embauché notamment un contractuel au casier judiciaire lourd, condamné pour des délits de nature "peu compatible avec les fonctions d'agents publics" selon la CRC. "Nous ne pensons pas qu'il faut condamner absolument les gens parce qu'ils ont eu des démêlés avec la justice dans leur jeunesse" estime Christian Bartholmé. "Nous sommes à Bobigny, dans une situation difficile avec une population compliquée" ajoute-t-il : "tout le monde est d'accord pour dire que les jeunes délinquants doivent être réinsérés, mais pas dans la fonction publique?"

ECOUTER - "Nous sommes à Bobigny, dans une situation difficile avec une population compliquée" justifie Christian Bartholmé