Politique

Boko Haram : un an après leur enlèvement, les lycéennes nigérianes restent introuvables

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 14 avril 2015 à 10:28

Une exposition de soutien aux lycéennes nigérianes, à Paris en 2014
Une exposition de soutien aux lycéennes nigérianes, à Paris en 2014 © MaxPPP

Le président nouvellement élu du Nigeria Muhammadu Buhari a reconnu mardi qu'il ne pouvait "pas promettre" de retrouver les 219 lycéennes enlevées il y a un an jour pour jour par le groupe islamiste Boko Haram.

Bring Back Our Girls : un message universel lancé suite à l'enlèvement, il y a un an jour pour jour ce mardi, de 219 lycéennes de Chibok au Nigéria par le groupe islamiste Boko Haram. Mais ces jeunes filles ne sont pas revenues. Et à l'occasion de cette date anniversaire, le président du Nigéria a admis qu'il ne pouvait pas promettre de les ramener. 

Localisation inconnue

"Nous ne savons pas si les filles de Chibok peuvent être secourues. Leur localisation reste inconnue. J'aimerais beaucoup pouvoir le faire, mais je ne peux pas promettre de les retrouver" , a déclaré M. Buhari.    

L'armée nigériane avait de son côté affirmé l'an dernier savoir où les adolescentes se trouvaient, mais elle avait jugé trop risqué pour la vie des otages une opération militaire de sauvetage. Dans un nouveau rapport publié mardi, Amnesty International cite un haut gradé de l'armée nigériane, selon lequel les otages sont gardées dans plusieurs camps de Boko Haram, au Nigeria mais aussi au Tchad et au Cameroun voisins.    

Un crime parmi d'autres signés Boko Haram

Veillées à la bougie, prières et rassemblements étaient organisés mardi au Nigeria et dans le monde pour marquer cet anniversaire. Sur Twitter, le hashtag #BringBackOurGirls refait son apparition. 

Mais s'il a été très médiatisé, c'est loin d'être le seul crime de ce type commis par Boko Haram, rappelle Amnesty International, selon qui au moins 2.000 femmes et fillettes ont été enlevées au Nigeria depuis le début de l'année dernière.   

Les islamistes de Boko Haram ont attaqué le 14 avril 2014 le lycée public pour filles de Chibok, dans l'Etat de Borno. Cinquante-sept adolescentes ont réussi à s'enfuir dans les heures qui ont suivi le kidnapping. Mais on n'a aucun signe de vie des 219 otages, depuis la vidéo diffusée en mai 2014 par Boko Haram, qui montrait une centaine de lycéennes voilées, récitant des sourates du Coran. Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a déclaré avoir converti les adolescentes qui n'étaient pas musulmanes et les avoir toutes "mariées de force" .