Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Premières escarmouches au conseil municipal de Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

La séance du conseil municipal a été émaillée de tensions ce jeudi entre la nouvelle majorité de gauche et l'opposition de droite et du centre. Les thèmes de l'insécurité, de l'environnement, des finances de la ville ont cristallisé les débats.

A Bordeaux, Pierre Hurmic a présidé pour la première fois un conseil municipal houleux, marqué par des tensions avec la nouvelle opposition.
A Bordeaux, Pierre Hurmic a présidé pour la première fois un conseil municipal houleux, marqué par des tensions avec la nouvelle opposition. © Radio France - Jade Peychieras

Premières prises de becs entre la nouvelle majorité de gauche et l'opposition de droite et du centre, au conseil municipal de Bordeaux ce jeudi. La séance a commencé à 15 heures, elle a duré environ 4h30. Elle s'est exceptionnellement déroulée à l'hôtel de la métropole pour des raisons sanitaires. 

Débats houleux entre l'ancienne et la nouvelle majorité 

C'est un "cirque" s’est étonnée Claudine Bichet, la première adjointe et élue pour la première fois. Il y a d'abord cette première pique lancée par Thomas Cazenave du groupe d’opposition La République en marche. Il requiert du maire de présenter sa "feuille de route" sur l’urgence climatique. L'ancien maire Les Républicains Nicolas Florian appuie cette demande. La réponse de Pierre Hurmic ne se fait pas attendre : "Je comprends que vous n’ayez pas écouté notre campagne, vous étiez sans doute trop occupé par la vôtre". 

Au début taquin, l’échange se fait plus tendu entre le nouveau et l’ancien maire. Celui-ci critiquant l’audit lancé sur les comptes pendant sa mandature. Ensuite, Nicolas Florian fait ensuite la leçon à Claudine Bichet, adjointe aux finances, taxée de "malveillance". Quant à ces "égratignures", "vous êtes maire de Bordeaux, Pierre, lance Nicolas Florian. Ce n’est pas de votre niveau, prenez de la hauteur, vous n’êtes plus l’éternel opposant". Compliment retourné par Pierre Hurmic : "Acceptez que les choses aient changé, vous avez un peu de mal à vous situer, on saura vous y aider".  

La députée Catherine Fabre, elle, reproche au maire de ne pas aller sur le terrain à la rencontre des habitants, notamment sur les thématiques de sécurité dans le quartier Saint-Michel. "Ce n’est pas parce qu’on ne communique pas qu’on n’est pas sur le terrain", expédie le  nouveau maire.

Philippe Poutou, pour la première fois élu avec sa liste d'extrême gauche "Bordeaux en luttes", rebondit : "La réponse à la délinquance est sociale !" "C’est ce que nous vous disons", répond Pierre Hurmic en substance : "La réponse est multiple" dont sociale. 

Philippe Poutou également à l’origine d’un autre morceau de bravoure de ce conseil municipal : "A quel moment on vote ?" demande l’apprenti élu. Réponse : "C’était toute à l’heure". Suspension de séance, rattrapage du vote. "Vous voyez on est magnanimes", lance Pierre Hurmic. "C’est très très gentil" répond, facétieux, l’ancien candidat à l’élection présidentielle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess