Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Bordeaux : la ville interpelle l'Etat sur la situation indigne des migrants

-
Par , France Bleu Gironde

Treize grandes villes dont Bordeaux viennent d'écrire aux ministres du Logement et de l'Intérieur pour dénoncer les conditions d'accueil des migrants et demander des places supplémentaires. Tous les centres d'hébergement sont saturés selon ces villes depuis la fin de la trêve hivernale.

La ville de Bordeaux fait partie des 13 grandes villes signataires de cet appel
La ville de Bordeaux fait partie des 13 grandes villes signataires de cet appel © Maxppp -

Bordeaux, France

Les associations comme France Terre d'Asile ou Emmaüs l'avaient déjà dénoncé la semaine dernière, cette fois ce sont les maires de 13 grandes villes de droite comme de gauche - dont celle de Bordeaux - qui interpellent à leur tour l'Etat. Avec la fin de la trêve hivernale, la situation s'est brusquement dégradée dans les centres d'accueil notamment chez nous à Bordeaux.

Changer notre manière de faire

Depuis le 31 mars, tous les publics fragiles ou en grande précarité ne peuvent plus être logés à Bordeaux. Une situation comparable dans les autres grandes villes signataires de cette lettre qui a été envoyée mercredi aux ministres du Logement et de l'Intérieur. Les maires demandent en priorité des places d'accueil supplémentaires dans ces centres qui sont gérés par l'Etat, afin de pouvoir faire face à l'urgence de la situation. Mais il demandent aussi une refonte totale de notre manière de faire, "qui manifestement, ne répond plus aux attentes" assure Alexandra Siarri, l'adjointe à Bordeaux en charge de ces questions sociales.

Notre système d'accueil n'a pas été fait pour gérer un si grand nombre de dossiers, il faut donc aujourd'hui totalement le repenser pour l'adapter. Alexandra Siarri, adjointe en charge de la cohésion sociale à Bordeaux.

Les élus signataires de cet appel demandent à être reçus au plus vite par le Premier ministre Edouard Philippe ou Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur.

Alexandra Siarri : "Il faut revoir notre manière de faire"