Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : le dernier conseil municipal de Michèle Delaunay

-
Par , France Bleu Gironde

Elue pour la première fois en 2001, l'ancienne ministre et ancienne députée Michèle Delaunay siégera pour la dernière fois ce lundi au conseil municipal de Bordeaux. Une vie politique dans l'opposition pour celle qui reste aujourd'hui encore, comme la "tombeuse" d'Alain Juppé aux législatives.

Michèle Delaunay aura siégé pendant 20 ans au conseil municipal de Bordeaux
Michèle Delaunay aura siégé pendant 20 ans au conseil municipal de Bordeaux © Maxppp - Maxppp

Lundi 2 mars marquera à Bordeaux le dernier conseil municipal de l'ancienne ministre et députée Michèle Delaunay, 19 ans après sa première élection municipale.  

France Bleu Gironde : Etes-vous émue de siéger à votre dernier conseil municipal?

Michèle Delaunay : "Bien sur, il y a aura un moment d'émotion de ne plus prendre la parole dans ce cadre du conseil municipal. Mais vous savez, la fin de quelque chose, c'est aussi toujours le début d'autre chose. Je vois donc ce moment comme le début d'une nouvelle vie, consacrée en l’occurrence pour moi à une activité que l'on peut exercer quel que soit son âge: l'écriture."

France Bleu Gironde: Garderez-vous un regret?

MD : "Oui, un regret considérable concernant ce long mandat de conseillère municipale: Quand on est un élu d’opposition, on est cantonné à ce rôle d'opposition. Et moi, quand je suis arrivée, j'ai eu l'illusion que j'allais pouvoir faire des propositions, et qu'elles seraient acceptées. Et je dois dire que cela n'a pas été le cas, si je met à plat mon bilan d'élue municipale, il est faible. Il y a très peu de choses que j'ai pu faire accepter à Alain Juppé. Et les rares qu'il a acceptées, il l'a fait un an après, pour que cela lui soit attribué, comme par exemple l'interdiction du tabac devant les écoles. ... Il faut dire que j'avais eu le tort de le battre à deux reprises aux législatives!"

Pensez-vous qu'il vous l'a fait payer?

MD :"Payer, ce n'est pas le bon mot, mais il ne me portait pas dans son cœur. Il a été très souvent méprisant avec moi, à tel point qu'un jour en conseil municipal, je lui ai dit "Monsieur Le Maire, moi je ne méprise que le mépris!"

France Bleu Gironde : Quel bon souvenir garderez-vous?

MD : "Globalement la très bonne entente au sein des élus bordelais quel que soit leur bord politique. Et puis la richesse que vous apporte la politique. Vous apprenez tellement de choses, mais à mes yeux la condition sine qua non, c'est de garder un métier pour ne pas être dépendant de la politique."

France Bleu Gironde : Vous rappelez-vous d'un moment de franche rigolade lors d'une séance?

MD : Et bien non! Et c'est un de mes grands regrets! Alors qu'à l'assemblée Nationale, nous avons eu des fous rires à plusieurs reprises, surtout lors des séances de nuit, jamais cela ne s'est produit à Bordeaux et je le regrette. Peut-être est-ce dû à la figure tutellaire du maire, qui n'incitait pas à la détente, et qui lui même ne faisait jamais de blague!"

Michèle Delaunay vient de publier "Le fabuleux destin des baby-boomers" aux Editions Plon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu