Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Bordeaux : de Juppé à Florian

Bordeaux : Virginie Calmels se retire de la vie politique bordelaise

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Quelques heures après la conférence de presse d'Alain Juppé, sa première adjointe a annoncé qu'elle quittait également la vie politique bordelaise.

Virginie Calmels dans le studio de France Bleu Gironde.
Virginie Calmels dans le studio de France Bleu Gironde. © Radio France

Bordeaux, France

Virginie Calmels avait bien assisté ce jeudi midi aux adieux d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. Mais elle n'avait pas pris place au milieu des autres membres de la majorité municipale. Arrivée à la dernière minute, elle avait préféré rester en retrait, près des journalistes et s'était éclipsée dès la fin de la conférence de presse pour rejoindre son bureau au premier étage du palais Rohan. C'était un signe précurseur.

La "Dame de faire" jamais acceptée

En fin de journée, celle qui était arrivée à la mairie en 2014, numéro deux sur la liste d'Alain Juppé avec l'étiquette de la dauphine désignée, a annoncé à ses collègues de la majorité municipale qu'elle quittait ses fonctions et la vie politique bordelaise. Elle a choisi de partir au même moment que son mentor Alain Juppé et laisse le champ libre à Nicolas Florian et aux élus qui n'ont jamais réussi à composer avec celle qui s'était faite appeler pendant la campagne des Régionales 2015 la "Dame de faire". Virginie Calmels conserve toutefois sa présidence du groupe d'opposition au Conseil Régional et son club de réflexion baptisé Droit'Lib. Elle devrait prendre la tête d'un "grand groupe français".

Une ascension fulgurante

A son bilan, on retiendra l'implantation de plusieurs entreprises réputées à Bordeaux et un nombre de créations d'emplois en forte hausse depuis 2014. En revanche, elle n'aura jamais réussi à s'implanter dans le paysage politique, propulsée très vite jusqu'au poste de n°2 du parti Les Républicains aux côtés de Laurent Wauquiez avant une rupture aussi rapide que violente.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu