Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Bourges : l'avertissement de Gérard Larcher au gouvernement et au président de la République

vendredi 26 octobre 2018 à 16:25 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Au micro de France Bleu Berry, le président du Sénat incite le gouvernement et le président Macron à être attentif à la colère qui monte.

Gérard Larcher, président (LR) du Sénat, à Bourges
Gérard Larcher, président (LR) du Sénat, à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Le président du Sénat  était à Bourges ce vendredi. Gérard Larcher (LR) a remis cinquante buste de Marianne à 50 maires du département, des bustes sculptés et réalisés entièrement dans le Cher. L'élu qui en a profité pour adresser au micro de France Bleu Berry, un conseil au gouvernement et au président Macron pour écouter la colère qui monte, notamment sur le prix des carburants... mais pas seulement : " " Il faut qu'on soit très attentif entre CSG sur les classes moyennes et taxes sur les carburants, il y a une partie de la classe moyenne et de la classe modeste qui a l'impression, alors qu'elle est prête à faire des efforts, que ces efforts ne servent pas à grand chose et qu'en même temps, cela ne repose que sur eux.  Je crois que _la République, c'est aussi un principe qui s'appelle égalité_. Naturellement, nous dépendons du prix du baril, mais la part des taxes est tellement plus importante que celle du carburant, il faut vraiment qu'on ait une réflexion et il faut la conduire rapidement. Ce n'est pas tant les collectifs qui m'inquiètent mais j'ai peur qu'au printemps prochain (ndlr : les élections européennes), un certain nombre de nos compatriotes se disent, décidément on ne tient pas compte de nous  et qu'ils soient tentés par autre chose que les forces politiques qui incarnent la démocratie."