Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : la prime Covid toujours dans le flou, pour les aides à domicile

-
Par , France Bleu Berry

Si le principe d'une prime Covid pour les aides à domicile est acquis, les modalités restent très floues. Le conseil départemental du Cher est beaucoup plus avancé sur la prime pour les assistants familiaux..

Michel Autissier, président (LR) du conseil départemental du Cher, attend toujours la réponse de l'état, avant de s'engager à verser la prime Covid
Michel Autissier, président (LR) du conseil départemental du Cher, attend toujours la réponse de l'état, avant de s'engager à verser la prime Covid © Radio France - Michel Benoit

Une prime Covid avant la fin de l'année pour les assistants familiaux du Cher, ces personnes qui hébergent des enfants et des jeunes en difficulté. Elle sera inférieure à 1.000 euros. Son montant sera validé dans quelques jours, pour un versement en novembre ou décembre, indique le président du Conseil départemental. En revanche pour les aides à domicile, rien n'est réglé pour le moment, explique Michel Autissier. Le président Macron a annoncé  une prime de 1.000 euros, avec une participation des départements, mais Michel Autissier refuse de s'engager tant que l'état n'aura pas annoncé le montant de sa participation : " Nous avons fait une lettre commune entre tous les départements de la région Centre pour demander à l'état de prendre ses responsabilités. Le président Macron nous a mis en demeure en quelque sorte de participer à cette prime sans nous dire quel serait son taux de participation et de dédommagement de cette action. Or, c'est un dédommagement qui relève avant tout de l'état. Qu'on puisse y contribuer, ce n'était pas prévu au budget, donc c'est en cours d'examen. Mais en tout état de cause, nous prendrons une décision collective sur le sujet, quand nous aurons une réponse gouvernementale sur sa participation." 

Des vendangeurs dans la région de Sancerre
Des vendangeurs dans la région de Sancerre © Radio France - Michel Benoit

Michel Autissier devrait annoncer en janvier s'il sera candidat aux élections départementales du mois de mars. Cela parait probable... puisque le président du conseil départemental évoque des projets pour 2021 et affirme réfléchir à l'instauration l'an prochain, d'un rsa vendanges.  L'élu LR souhaiterait dès l'an prochain la mise en place d'un système de bonus/malus pour inciter les personnes au rsa à aller faire les vendanges : " On pourrait puiser dans ce vivier du rsa (ndlr : environ 5.000 personnes dans le département), les moyens et les ressources humaines qui seraient en mesure de faire face à ces besoins sporadiques plutôt que de faire venir des étrangers. Il y a une logique à préserver et le rsa vendanges m'inspire beaucoup." 

Les marais de Bourges, sous exploités sur le plan touristique
Les marais de Bourges, sous exploités sur le plan touristique © Radio France - Michel Benoit

Michel Autissier, toujours favorable à la création d'une deuxième sortie d'autoroute à Bourges, malgré le " niet " des nouveaux élus municipaux de gauche et écologistes  : " Sur le plan économique, la sortie dans le triangle Marmagne, Mehun sur Yèvre, St-Doulchard, a toute sa raison d'être et ce serait une erreur dans les années à venir de ne pas la faire." Le département du Cher qui fait une proposition : Michel Autissier se dit prêt à reprendre la gestion des marais de Bourges, au titre des espaces naturels sensibles, des marais sous exploités sur le plan touristique pour le président du conseil départemental : " Pour avoir des touristes, il faut donner l'envie de venir. Or je n'ai pas l'impression que ce soit le cas pour ces marais. Alors peut-être que certains ont envie de les préserver pour eux-mêmes, Je peux l'entendre mais ce n'est pas comme cela que je conçois la vie citoyenne." Des propositions qui pourraient apparaître dans le projet du président du département s'il se représente l'an prochain...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess