Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Brexit

Brexit : nouvelles négociations tendues en perspective, à un mois de l'échéance

-
Par , France Bleu

Les négociations entre l'Union européenne et les Britanniques reprennent ce samedi à Londres. La date butoir du Brexit approche et les divergences sont encore très marquées, notamment sur le sort de l'Irlande et les garanties en matière de concurrence.

Michel Barnier et la délégation européenne, à l'arrivée au centre de conférences de Londres ce samedi matin
Michel Barnier et la délégation européenne, à l'arrivée au centre de conférences de Londres ce samedi matin © Maxppp - Justin Ng / Avalon

Les délégations de l'Union européenne et Britanniques emmenées par Michel Barnier et David Frost se sont retrouvés ce samedi matin à Londres, au centre de conférences, pour tenter de trouver des compromis dans le cadre du Brexit, à un mois de l'échéance et de la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. Les divergences sont nombreuses et un accord post-Brexit est toujours très hypothétique. Le négociateur européen, Michel Barnier a déclaré à son arrivée qu'il continuerait à travailler avec "patience et détermination" sans cacher en interne qu'"on n'est pas loin du moment +Take it or leave it+" (à prendre ou à laisser), déclaration faite lors d'une réunion avec les Etats membres ce vendredi. Jeudi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait déjà assuré qu'il était "impossible aujourd'hui de dire si un accord est encore atteignable ou non", alors que côté britannique, David Frost croit un accord "encore possible"

Pêche, concurrence et sort de l'Irlande à régler

Côté Britannique, le Premier ministre Boris Johnson continue d'affirmer que "la probabilité d'un accord" dépendait de l'UE, assurant que son pays pourrait "prospérer" même sans traité commercial. L'une des priorités est d'éviter une frontière physique sur l'île d'Irlande. Les discussions achoppent toujours sur les garanties réclamées aux Britanniques en matière de concurrence, la manière de régler les différends dans le futur accord et l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques. Selon des sources européennes, Michel Barnier a proposé que l'UE restitue 15 à 18% du total des quotas européens pêchés dans les eaux britanniques et de récupérer de façon symétrique les quotas pêchés par les Britanniques en Atlantique et dans le Golfe de Gascogne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess