Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Brigitte Macron et Carole Bouquet en visite à Saint-Malo

La Première Dame s'est rendue dans la cité corsaire ce mardi avec l'actrice Carole Bouquet, porte parole de l'association la voix de l'enfant. Elles sont venues visiter l'unité d'accueil médico-judiciaire pédiatrique. Une unité qui permet de recueillir la parole des enfants ayant subi des sévices.

Brigitte Macron et l'actrice Carole Bouquet à Saint-Malo.
Brigitte Macron et l'actrice Carole Bouquet à Saint-Malo. © Radio France - Céline Guetaz

Saint-Malo, France

Après Emmanuel Macron au mois d'avril, c'est au tour de Brigitte, son épouse de se rendre en Bretagne. La Première Dame est à Saint-Malo ce mardi 11 juin. En compagnie du secrétaire d'état chargé de la protection de l'enfance Adrien Taquet, elle est venue visiter l'unité d'accueil médico-judiciaire pédiatrique.

L'épouse du Président de la République est aussi accompagnée de l'actrice Carole Bouquet, la porte-parole de l'association de protection de l'enfance "La Voix de l'enfant". L'unité de Saint-Malo permets des auditions et des examens médicaux pour les enfants victimes de violences ou d'agressions. Créée depuis une dizaine d'années dans la cité corsaire, l'unité d'accueil fait aujourd'hui figure d'exemple parmi les 60 unités existantes en France. Mais il en faudrait le double estime l'association la Voix de l'enfant et sa porte parole. "C'est pour cela que Brigitte Macron est ici " lance l'actrice, "nous avons besoin du pouvoir politique, sans cela, les associations  sont assez impuissantes" ajoute Carole Bouquet qui semble avoir une oreille attentive du côté de Brigitte Macron et du secrétaire d'état, car une dizaine de projets de nouvelles structures en France sont en cours. 

" Je suis impressionnée par le professionnalisme des personnels " - Brigitte Macron

" Je veux pouvoir aider au maximum, car je suis interpellée très régulièrement sur ces sujets" explique Brigitte Macron. La Première Dame estime qu'il est très important de "recueillir la parole de ces enfants, et ici, on le fait avec le plus de sérénité possible, alors que ses enfants ont subi des traumatismes".  Les personnels sont très bien formés pour cela "ceux qui sont ici sont des exemples" estime l'actrice Carole Bouquet. 

Carole Bouquet et Brigitte Macron ont passé deux heures en visite dans l'unité ce mardi 11 juin  - Radio France
Carole Bouquet et Brigitte Macron ont passé deux heures en visite dans l'unité ce mardi 11 juin © Radio France - Céline Guétaz

207 enfants de 3 à 12 ans auditionnés l'an dernier dans cette unité. 

Les enfants sont entendus dans une petite salle aménagée, équipée d'une caméra et d'une vitre teintée. Derrière cette vitre, il y a une psychologue "nous sommes en lien avec elle en permanence grâce à une oreillette" explique l'adjudant Dominique Restout, formée pour l'audition de ces enfants victimes. La psychologue peut donner des indications "si elle voit que l'enfant a l'air soucieux, ou mal à l'aise, elle nous guide" explique l'enquêtrice. 

L'adjudant Dominique Restout dans la salle aménagée pour auditionner les enfants - Radio France
L'adjudant Dominique Restout dans la salle aménagée pour auditionner les enfants © Radio France - Céline Guétaz

Une salle de confrontation 

L'une des particularité de l'unité malouine, est qu'elle dispose d'une salle de confrontation. Une salle équipée de visioconférence qui permet d'entendre en même temps l'enfant victime et son ou ses agresseurs, sans qu'ils soient mis en contact. 

Dans cette unité de Saint-Malo, plus de 200 enfants, âgés de 3 à 18 ans, victimes de sévices ont ainsi été auditionnés l'an dernier. 60% d'entre eux avaient subi des violences sexuelles.