Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDEO "Un policier, ce n'est pas un copain, c'est le représentant de l'Etat" : Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois

mercredi 6 septembre 2017 à 9:34 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Bruno Beschizza, maire LR d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), souhaite que sa ville soit pilote pour le projet de "police de sécurité du quotidien", une sorte de nouvelle police de proximité. Il était l'invité de France Bleu à 8h15. Regardez son interview à la fin de cet article.

Bruno Beschizza
Bruno Beschizza © Radio France - Martine Bréson

Aulnay-sous-Bois, France

Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois, a confirmé, dans le studio de France Bleu, sa volonté d'expérimenter dans sa ville la "police de sécurité du quotidien". Bruno Beschizza précise qu'il ne voudrait pas qu'on recommence les erreurs de la police de proximité qui a été, selon lui, un échec.

Le maire souhaite qu'on imagine une "nouvelle production de sécurité". "Un policier ce n'est pas un animateur de quartier, ce n'est pas une assistante sociale, ce n'est pas le copain. Le policier c'est le représentant de l'Etat."

Il faut redonner leur vraie place aux policiers nationaux : Bruno Beschizza

Le maire d'Aulnay interpelle le ministre de l'Intérieur . Il lui demande de dire "ce que c'est que cette police de proximité... ce qu'il compte faire". Le maire demande une mise à plat des missions "puisqu'il y a des acteurs locaux qui existent, une forte police municipale, des médiateurs... On met à plat les missions des uns et des autres et on voit qui fait quoi, enfin. Et on redonne aux policiers nationaux leurs vraies places", dit-il.

Sur la mutation rapide des policiers qui sont en Ile-de-France, Bruno Beschizza explique que selon lui "fidéliser un jeune policier en Ile-de-France, c'est être sûr qu'il va être décemment logé, décemment payé et qu'il a envie de rester et pour l'instant l'Etat n'en n'a pas les moyens".

La lutte contre les marchands de sommeil

La Région Ile-de-France débloque 20 millions d'euros pour lutter contre les marchands de sommeil. Bruno Beschizza est "déjà satisfait de cette prise de conscience". Il explique que dans sa ville des "délinquants de l'urbanisme" ont compris qu'ils pouvaient se faire beaucoup d'argent en achetant quelques pavillons et en les divisant. Un pavillon est transformé en cinq ou six appartements, ce qui est tout à fait légal, et ils empochent les loyers. "Il faut que l'Etat aide les maires qui connaissent leur terrain pour acheter ces biens et les revendre plus tard à d'autres personnes qui, elles, ont envie de vivre sur le territoire", affirme le maire d'Aulnay-sous-Bois.

Regardez son interview :