Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Bruno Le Maire de retour dans l'Eure pour présenter ses vœux aux Normands

samedi 13 janvier 2018 à 17:34 Par Hélène Fromenty, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Après une semaine bien chargée, Bruno Le Maire a fait un stop à Vieil-Evreux (Eure) ce samedi pour présenter ses vœux dans son ancienne circonscription. L'occasion pour le désormais ministre de l'Economie et des Finances de retrouver ses proches et de rappeler son attachement à la Normandie.

L'an dernier, Bruno Le Maire avait présenté ses vœux à Evreux.
L'an dernier, Bruno Le Maire avait présenté ses vœux à Evreux. © Radio France - Hélène Fromenty

Le Vieil-Évreux, France

Une visite en Chine, un conseil des ministres, des vœux à Bercy, une crise du lait à gérer... "Après des journées agitées, le plus beau moment de ma semaine ce sera ce moment avec vous." C'est avec ces mots que Bruno Le Maire a entamé ses vœux ce samedi matin. 

Le ministre de l'Economie et des Finances, ancien député de l'Eure, avait donné rendez-vous à ses proches dans la salles de fêtes du Vieil-Evreux, petite commune rurale voisine d'Evreux. Cette même salle où, au printemps dernier, il achevait sa campagne pour les élections législatives. 

Remercier ses soutiens

Sept mois plus tard, le voilà sur la même estrade, devant le même pupitre, et face à des visages familiers. "Avec chacun de vous, j'ai bu un café, j'ai déjeuné, j'ai dîné. Je connais vos histoires, vos familles, vos problèmes." Dans l'assistance, deux de ses fils, de nombreux militants et élus locaux, dont Séverine Gipson, qui lui a suppléé à l'Assemblée en tant que député de l'Eure, en juillet dernier.

Après une année 2017 particulièrement chargée - de son succès aux législatives, à son entrée au gouvernement, en passant par son changement de parti - Bruno Le Maire attendait avec impatience de pouvoir remercier ses fidèles soutiens. "On me demande souvent si je ne suis pas fatigué de courir partout. Non ! Car ma force, je la puise en vous."

Responsable de sa circonscription

Les retours sont trop rares, semble-t-il dire. Mais malgré la distance, il veille sur sa circonscription "comme sur la prunelle de mes yeux. Je regarde tout. Je suis attentif au plus petit incident, car je m'en sens responsable." 

Parmi ses priorités euroises pour 2018 : le travail, évidemment, la sécurité en zone rurale, le développement ferroviaire, ou encore l'épineuse question de l'accès au soin. "Nous avons fait beaucoup de choses concrètes depuis dix ans, comme l'ouverture de plusieurs maisons de santé. Mais le compte n'y est pas. Tant qu'un citoyen de ma circonscription devra attendre neuf mois pour avoir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, je ne serai pas satisfait."

Penser global, agir local

"Ce qu'il a dit correspond tout à fait à ce que l'on vit ici", se réjouit un militant La République En Marche venu écouter le ministre. Et un autre d'ajouter : "Son discours me rappelle le vieux slogan "penser global, agir local". Le fait qu'il puisse être à la fois _en haut de la pyramide, et revenir à la base_, je trouve que s'est un bon complément. "

"C'est toujours un plaisir de revoir Bruno Le Maire, Guillaume Rouger, jeune référent LREM pour le département de l'Eure. Son lien avec la circonscription est très fort, car il a été député pendant plusieurs années. Il a un œil sur ce qui se passe ici. Et avoir des personnalités comme lui pour notre département, c'est un plus indéniable." 

L'une des difficultés désormais, c'est d'arriver à discuter 5 minutes avec Bruno Le Maire. Ce samedi, il fallait être très patient. Un agenda de ministre comme on dit.