Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise économique : "Nous ne laisserons tomber personne", assure Bruno Le Maire sur France Bleu

Le ministre de l'Économie et des Finances était l'invité ce mercredi d'une émission spéciale des matinales de France Bleu Normandie à Caen et à Rouen ainsi que France Bleu Cotentin entre 8h10 et 8h30.

Bruno Le Maire invité exceptionnel de France Bleu Cotentin ce mercredi 10 juin
Bruno Le Maire invité exceptionnel de France Bleu Cotentin ce mercredi 10 juin © Radio France - Eric Turpin

"Quand je regarde les chiffres en Normandie, on a plus de 17 000 entreprises qui ont bénéficié d'un prêt garanti par l'État pour un montant total de 2,5 milliards d'euros", a assuré Bruno Le Maire ce mercredi sur France Bleu. On trouvera toujours un exemple ou un autre et je suis prêt à regarder chaque dossier pour voir quelle solution on peut trouver. Mais ces prêts ont été un succès, il y a à peine 2,5% de refus à l'échelle nationale."

Un plan de relance pour les petits commerces

"Nous ne laisserons tomber personne", a déclaré le ministre de l'Économie et des Finances, invité ce mercredi de France Bleu Normandie à Rouen, à Caen et de France Bleu Cotentin.

Interrogé par un restaurateur inquiet pour son commerce durement touché par le coronavirus et le confinement, Bruno Le Maire assure que le gouvernement est en train de travailler sur le dernier des plans de relance : "Ce sera celui sur le commerce de proximité. Ces commerces doivent survivre et doivent passer la crise."

"L'avion décarboné en 2035, c'est possible"

Interrogé sur le plan présenté mardi pour la filière aéronautique et pour répondre au scepticisme de certains qui doutent que l'objectif soit réalisable, le ministre assure qu'il est possible de concevoir un avion "propre" d'ici 2035, objectif affiché par le gouvernement dans son plan d'investissement.

"L'objectif c'était à l'origine 2050 et je ne vois pas pourquoi il y aurait des projets ambitieux aux Etats-Unis et en Chine et pas en France. Les sommes engagées seront importantes en France, elles seront soutenues je l'espère par de grands projets européens. Oui, l'avion décarboné en 2035, zéro émission de carbone, c'est possible. Oui, ça demande beaucoup d'investissements et on met 1,5 milliard d'euros sur la table. Et oui, nous avons les compétences."

L'industrie aéronautique en Normandie représente plus de 20.000 emplois. Par ailleurs, à propos du secteur automobile, Bruno Le Maire, interrogé sur Renault, confirme que "l'objectif est bien de relocaliser des productions en France".

Bruno Le Maire, ministre de l'économie, répond aux questions de France Bleu Normandie et des auditeurs

Inciter les familles à se rendre sur les sites culturels

Au delà des mesures déjà annoncées pour aider les professionnels du tourisme, le ministre de l'Économie et des Finances déclare qu'il n'est pas fermé à l'idée de mettre en place des chèques sous forme de "pass culture" pour les familles afin de les inciter à se rendre sur les sites culturels. "C'est une idée qui peut être poussée pendant le débat que nous aurons à l'Assemblée au mois de juillet sur la relance", déclare Bruno Le Maire.

Ce serait une "erreur" d'augmenter les impôts

Bruno Le Maire a également, ce mercredi matin, fait cette mise au point, à propos des impôts : "C'est une question qui suscite beaucoup d'inquiétudes. Oui, nous créons de la dette aujourd'hui, pour sauver nos emplois et notre tissu économique. Oui, il faudra rembourser cette dette. Pour cela, il y a deux possibilités : la croissance ou les impôts. Nous avons choisi la croissance. Nous refusons les augmentations d'impôts, parce que c'est une facilité et parce que quand on augmente les impôts, les Français épargnent. Et du coup, c'est moins de consommation et moins de croissance. Donc ce serait une erreur politique et économique d'augmenter les impôts."

"Une reprise est possible" pour la papeterie Chapelle Darblay

Interrogé par un auditeur sur l'avenir de la papeterie UPM Chapelle Darblay de Grand-Couronne (Seine-Maritime), menacée de fermeture, le ministre de l'Économie rappelle qu'un repreneur s'est manifesté avant le début de l'épidémie de coronavirus. "On a perdu quatre mois, les perspectives ne sont pas les mêmes donc c'est évidemment plus compliqué. Mais une reprise est possible, il y a un repreneur sérieux et nous continuons à y travailler", assure Bruno Le Maire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess