Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Bruno Le Maire répond à Xavier Bertrand sur France Bleu Nord : "La colère ne fait rien avancer"

mercredi 12 septembre 2018 à 17:10 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

Le président du conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, est en colère contre le gouvernement. Ce mercredi, il a dénoncé "le cynisme d'Etat", reprochant au gouvernement de ne pas tenir parole dans des dossiers industriels de la région. Le ministre de l'économie a tenu à lui répondre.

Bruno Le Maire, ministre de l'économie, réagit aux attaques de Xavier Bertrand
Bruno Le Maire, ministre de l'économie, réagit aux attaques de Xavier Bertrand © Maxppp - Léon Tanguy / MaxPPP

Hauts-de-France, France

Son coup de colère a marqué les esprits, ce mercredi 12 septembre. Xavier Bertrand était l'invité de France Inter, et le président (sans étiquette) du conseil régional des Hauts-de-France a dénoncé "le cynisme" de l'Etat dans plusieurs dossiers industriels de la région. Il a cité Ascoval à Saint-Saulve, dans le Valenciennois, et TIM, à Quaedypre, dans les Flandres.

Bruno Le Maire recadre Xavier Bertrand

Le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, a tenu à réagir, il a choisi France Bleu Nord pour le faire. "La colère ne fait rien avancer", répond le ministre, "je ne suis pas cynique, je suis volontariste pour l'industrie. Je ne comprends pas cette attitude de Xavier Bertrand, et je la regrette".

Xavier Bertrand a également affirmé que "le gouvernement sabordait une partie de l'industrie", et ne s'intéressait "qu'à la finance". Réponse de Bruno le Maire : "ce sont des propos de comptoir. Il n'y a pas de place dans le débat public pour les raccourcis".

Bruno Le Maire estime que "c'est facile de se mettre en colère derrière un micro"

Confirmation que l'Etat ne versera pas 2 millions d'euros à TIM

Le président de la Région Hauts-de-France a également critiqué la gestion du dossier TIM. Pour cette entreprise, qui fabrique des cabines de chantier à Quaedypre, dans les Flandres, le gouvernement s'était engagé à verser 2 millions d'euros, en complément des 3 millions promis par la région.

Or, Xavier Bertrand affirme avoir reçu un courrier, au mois d'août, de la part de Bruno Le Maire, annonçant que l'argent ne serait pas versé. Le ministre confirme : "aujourd'hui, le repreneur de l'entreprise TIM ne nous a pas donné son plan d'action, ne nous a pas donné d'assurances sur l'emploi. Dans ces conditions-là, je ne verserai pas les 2 millions d'euros, car c'est l'argent du contribuable. Je n'investis pas à fonds perdus".

Bruno Le Maire confirme qu'il ne versera pas les 2 millions d'euros à TIM, car les conditions sont trop floues

Je serai heureux de reprendre le fil de la discussion

A la question de savoir si Bruno Le Maire a appelé Xavier Bertrand pour lui faire part de toutes les précisions qu'il nous a apportées, le ministre répond : "non, si Xavier Bertrand veut m'appeler, je serai heureux de reprendre le fil de la discussion".