Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Bruno Retailleau boycotte la visite de Bruno Le Maire aux chantiers navals de Saint-Nazaire

jeudi 28 septembre 2017 à 12:12 Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Le président du Conseil régional des Pays de la Loire Bruno Retailleau ne se rendra pas aux chantiers de l'Atlantique jeudi après-midi pour y accueillir le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Ce dernier vient rencontrer direction et représentants du personnel.

Bruno Retailleau refuse d'accueillir le ministre de l'Economie Bruno Le Maire jeudi après-midi aux Chantiers navals
Bruno Retailleau refuse d'accueillir le ministre de l'Economie Bruno Le Maire jeudi après-midi aux Chantiers navals © Maxppp -

Nantes, France

Bruno Retailleau, le président du Conseil régional des Pays de la Loire, a décidé de ne pas se rendre à Saint-Nazaire jeudi après-midi et de boycotter la visite du ministre de l'Economie. Bruno Le Maire est attendu sur le site des chantiers de l'Atlantique vers 15 heures. Il doit y rencontrer la direction et les représentants des salariés avant de tenir une conférence de presse à 16h30.

Bruno Retailleau inquiet pour l'emploi

Bruno Retailleau dit ne pas vouloir cautionner un montage qu'il juge "hasardeux", référence à l'accord conclu mercredi entre la France et l'Italie et qui fait du groupe Fincantieri l'actionnaire principal des chantiers navals. Par ailleurs, dans un communiqué publié mercredi soir, Bruno Retailleau s'inquiète par ailleurs pour l'emploi, il estime que cet accord n'apporte aucune garantie y compris sur le maintien du savoir-faire à Saint-Nazaire.