Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Bruno Retailleau ne sera plus président de la Région des Pays de la Loire

vendredi 8 septembre 2017 à 20:02 Par Pascal Roche et Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

Bruno Retailleau annonce ce vendredi sa démission de la présidence de la Région Pays de la Loire, il préfère se consacrer au Sénat où il sera candidat à sa succession à la présidence du groupe Les Républicains.

Bruno Retailleau dans son bureau du Conseil régional des Pays de la Loire
Bruno Retailleau dans son bureau du Conseil régional des Pays de la Loire © Radio France - Antoine Denéchère

Nantes, France

C'est la loi sur le non cumul des mandats qui a poussé Bruno Retailleau à faire un choix, il avait jusqu'au 2 octobre pour se décider : il renonce à son fauteuil de président du Conseil régional des Pays de la Loire et reste donc au Sénat où il est élu depuis 2004. Le Vendéen sera d'ailleurs candidat à sa succession à la présidence du groupe Les Républicains à l'issue des élections sénatoriales du 24 septembre prochain. S'il est élu à ce poste, il annonce ce vendredi ne briguera pas la présidence du parti Les Républicains. Bruno Retailleau estime qu'il sera "plus utile pour la Région" en étant "à Paris" et en portant les dossiers importants, comme STX, le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes...etc... " et indique qu'il sera toujours "ancré dans le territoire", en restant conseiller régional des Pays-de-la-Loire et sénateur de Vendée. Au passage, il critique de nouveau la loi sur le cumul, la qualifiant de "mode".

Bruno Retailleau critique la loi sur le cumul des mandats

Bruno Retailleau a choisi une femme pour lui succéder

A priori, il n'y aura pas de bataille pour la succession de Bruno Retailleau, ce dernier a désigné son candidat ou plutôt sa candidate, il s'agit de Christelle Morançais. La conseillère régionale L.R de la Sarthe âgée de 42 ans était jusqu'à présent 2ème vice-présidente en charge de l'apprentissage et de la formation professionnelle. Ce choix a été validé jeudi soir lors d'une réunion de la majorité régionale (L.R-UDI) à Nantes. Bruno Retailleau affirme qu'il s'est fait "dans la sérénité" : "je n'avais jamais vécu une réunion aussi apaisée, avec du respect. C'est ma fierté, d'avoir lancé des projets et forgé une vraie équipe." Le vote pour l'élection du ou de la président-e de Région aura lieur en session plénière le 19 octobre à Nantes.

Bruno Retailleau évoque Christelle Morançais, "un choix d'avenir"

Les mots très durs de Philippe de Villiers et Jacques Auxiette

Dans les rangs du Conseil régional, l'opposition dénonce "'un abandon de poste", les groupes socialistes, écologistes et Front National ont chacun publié un communiqué dans lequel ils fustigent la décision et les ambitions de Bruno Retailleau. Mais les critiques les plus sévères sont venues de Vendée et de Philippe de Villiers, désormais fâché avec celui qui a longtemps été son dauphin. Le président du Mouvement pour la France parle de trahison et "d'explosion de l'égo" pour qualifier le départ de Bruno Retailleau vers le Sénat. Le prédécesseur de Bruno Retailleau à la Région, Jacques Auxiette (PS), utilise lui aussi le terme de "trahison" et se dit _"_écœuré par cette désinvolture qui traduit le fait que, pour un certain nombre de responsables politiques, la seule chose qui les intéresse, c'est leur carrière personnelle".