Politique

INFOGRAPHIE | Budget 2016 : de nouvelles économies pour financer les baisses d'impôts

Par Julien Baldacchino, France Bleu mercredi 30 septembre 2015 à 12:03

Michel Sapin, ministre des Finances
Michel Sapin, ministre des Finances © Maxppp

Le gouvernement a présenté ce mercredi les grandes lignes de son projet de loi de finances pour 2016. Les baisses d'impôts promises il y a plusieurs semaines sont bien incluses à ce projet, mais au prix de nouvelles économies, notamment sur les aides personnalisées au logement (APL).

"La surprise de ce projet de loi de finances (PLF), c'est qu'il n'y a pas de surprise. Nous mettons en oeuvre ce que nous avons avancé", a déclaré ce mercredi matin le ministre des Finances Michel Sapin, lors de la présentation du projet de budget de l'Etat pour 2016.

Les promesses en matière de déficit et de baisses d'impôt sont, en effet, bien tenues. Ce nouveau PLF prévoit un déficit public de la France à 3,3% du PIB pour 2016 (contre 3,8% pour 2015), avec un objectif de 2,7% en 2017, soit en-dessous de la barre des 3% imposée par la Commission européenne.

Deux milliards d'euros d'impôt sur le revenu en moins

Du côté des impôts, les baisses annoncées par Manuel Valls fin août sont bel et bien de la partie : les recettes liées à l'impôt sur le revenu baisseront de 2 milliards d'euros, et celles liées aux impôts et aux cotisations des entreprises baisseront encore de 9 milliards par rapport à cette année. Le ministre a en outre confirmé que la télédéclaration serait amenée à devenir la règle, avec une généralisation par étapes. 

En revanche, la mise en place du prélèvement à la source, le 1er janvier 2018, n'est pas encore détaillée, mais sera présentée au Parlement avant le 1er octobre 2016, assure Michel Sapin. 

L'effort d'économies durci

La contrepartie de ces baisses de prélèvements, ce sont de nouvelles économies publiques à effectuer : l'effort sera encore durci en 2016, avec 16 milliards d'euros à économiser contre 14,5 milliards prévus à l'origine

"L'éducation, l'emploi, la sécurité et la culture, ce sont des budgets prioritaires", a affirmé Manuel Valls mercredi matin sur France Inter. Aucune coupe budgétaire ne sera donc faite sur ces budgets. En revanche les missions "aide publique au développement" et "Ecologie, développement et mobilité durables" devraient subir une baisse de crédits. Même problème pour les collectivités locales, qui vont connaître une baisse de 3,5 milliards d'euros de leurs dotations globales de fonctionnement.

Aucun(e)

APL : 225 millions d'euros d'économies

L'effort d'économies passera aussi par un tour de vis sur les aides personnalisées au logement (APL) : les aides à la pierre et celles pour l'accueil des réfugiés seront resserrées, pour économiser quelque 225 millions d'euros.

Le gouvernement n'a toutefois pas précisé pour l'instant ce qu'il comptait faire en matière de fiscalité écologique, après l'échec de l'écotaxe. D'autres ajustements, comme les aides aux agriculteurs, seront incluses dans un collectif budgétaire proposé et adopté en fin d'année