Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Budget : le conseil départemental de Corrèze va baisser sa dette de 19 millions en 2019

-
Par , France Bleu Limousin

La Corrèze va voter son budget pour 2019, ce vendredi. Réunis en session plénière à Tulle, les élus du conseil départemental doivent acter une fiscalité inchangée, un fort investissement et une importante baisse de la dette.

La Corrèze prévoit de baisser sa dette de 19 millions d'euros en 2019
La Corrèze prévoit de baisser sa dette de 19 millions d'euros en 2019 © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Tulle, France

Un budget prévisionnel de 441 millions d'euros, en hausse de 4,5% : voilà ce sur quoi doivent se pencher les élus du conseil départemental de Corrèze, réunis en session plénière ce vendredi à Tulle, pour voter le budget 2019 de la collectivité. Ce budget sera marqué par une fiscalité stable puisque les impôts ne bougeront pas, il sera aussi marqué aussi par un fonctionnement maîtrisé, un investissement en forte augmentation et une baisse importante de la dette. Car, après avoir été le département le plus endetté de France, la Corrèze rectifie peu à peu le tir.

21 millions économisés sur le fonctionnement

Cette drastique cure d'amaigrissement a été lancée en 2015, depuis le début de la mandature de Pascal Coste et son équipe. A cette époque, il faut rappeler que la Corrèze était le département où la dette par habitant, établie à 1.493€, était la plus élevée de l'Hexagone. Depuis cette date, le département a nettement baissé son budget de fonctionnement. " En faisant des efforts sur certains contrats et sur certaines dépenses au niveau de l'administration de la maison " lance Francis Comby, vice-président en charge des affaires financières. A ce titre, " 21 millions d'euros " ont été rognés depuis 2015 en dépit, en parallèle, " de la baisse des dotations de l'Etat (13 millions) et de l'augmentation du budget consacré aux aides sociales ", notamment le RSA, sans que l'Etat compense (7 millions).

La dette a baissé de 23 millions depuis 2015

A côté de ça, donc, la Corrèze se désendette un peu. " Nous sommes à plus de 23 millions d'euros à fin 2018, et nous allons désendetter de 19,3 millions en 2019 ". De 360 millions de dette en 2015, l'exécutif table sur 317 millions en fin d'année. La majorité parle carrément de sur-désendettement. " Il est probable que l'on ne continue pas à 19 millions chaque année mais, jusque là, nous nous étions engagés à le faire au moins sur 7 millions chaque année et c'est ce que nous avons fait. En moyenne sur le mandat, nous serons bien au dessus des 7 millions " poursuit Francis Comby, qui souligne que le département a aussi dégagé un excédent de 35 millions en 2018. De quoi poursuivre les investissements : 40 millions en moyenne ces dernières années, 45 millions l'an dernier et " on va faire 63 millions cette année ". Mais, une bonne partie sera provisionnée, " notamment pour plusieurs projets routiers lourds : le contournement de Malemort et les déviations de Noailles et Meymac ".

L'opposition dénonce des économies pour le maintien à domicile des personnes âgées

Du côté de l'opposition, on ne conteste pas particulièrement ces données chiffrées. " Comptablement, c'est valorisant " estime Gilbert Fronty ('Corrèze à gauche') " mais c'est parfois en trompe l'oeil au niveau de l'investissement cette année, et il y a des choix politiques derrière qui disent aussi des choses ". L'élu du canton d'Allassac pointe par exemple " ce qui concerne les aides sociales ". Il dénonce " un niveau d'accompagnement en baisse pour le maintien à domicile des personnes âgées. Certes l'enveloppe globale ne bouge pas, mais le nombre de bénéficiaires, lui, diminue. Notamment depuis que le département a lié les aides au niveau de revenus et instauré un paiement à 5€ de l'heure pour les bénéficiaires. De fait, moins d'heures sont servies car la population en fait moins la demande ".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu