Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

C'est à Tours que le communisme français est né il y a tout juste 100 ans

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Dans la nuit du 29 au 30 décembre 1920, le Congrès de Tours entérine la scission de la SFIO. A une très large majorité, les militants choisissent de rallier la IIIe Internationale Communiste créée par Lénine en Russie. C'est ainsi qu'est né en France le parti communiste.

A la sortie de la salle du Manège, théâtre du Congrès de Tours du 25 au 30 décembre 1920
A la sortie de la salle du Manège, théâtre du Congrès de Tours du 25 au 30 décembre 1920 - © Archives municipales de Tours

Du 25 au 30 décembre 1920, près de 300 congressistes parmi lesquels Léon Blum, Jules Guesde, Marcel Cachin se retrouvent à Tours, salle du Manège pour le 18e Congrès de la SFIO ( Section Française de l'Internationale Ouvrière ). 

Les cicatrices de la Première Guerre mondiale sont encore vives, les mouvements sociaux se multiplient, les bolcheviks ont fait leur révolution en 1917.... Bref, la maison socialiste bouillonne. Et de plus en plus de militants veulent répondre à l'appel de Moscou. 

On veut la révolution tout de suite, on a trop attendu", récit de François-Olivier Touati, doyen de la faculté des arts et des sciences humaines de l’Université de Tours 

" En réalité", explique l'historien tourangeau François-Olivier Touati, "l'échéance ne faisait de doute à personne puisque les votes avaient déjà eu lieu dans les fédérations et la majorité a été écrasante en faveur de la IIIe Internationale. Une adhésion voulue davantage par la base qui dit clairement, nous on veut la révolution tout de suite, on a trop attendu !"

La scission est votée dans la nuit du 29 au 30 décembre

Avec plus des deux tiers des voix, c'est la motion menée par Marcel Cachin et Ludovic-Oscar Frossard qui obtient largement la majorité. Celle qui réclame l'adhésion immédiate à l'Internationale communiste. Le divorce est consommé. 

Hô Chi Minh a participé au Congrès de Tours. Lui qui n'était pas encore la grande figure de l'anticolonialisme et le futur président du Vietnam
Hô Chi Minh a participé au Congrès de Tours. Lui qui n'était pas encore la grande figure de l'anticolonialisme et le futur président du Vietnam - © Archives municipales de Tours

Le congrès de Tours est un congrès fondateur pour la vie politique du XXe siècle", François-Olivier Touati

Le lendemain, le Congrès de Tours se sépare au son de l'Internationale et laisse la SFIO aux seuls socialistes. Les communistes, eux créent la SFIC ( Section Française de l'Internationale Communiste ), qui deviendra ensuite le Parti Communiste Français en 1943. 

"Le Congrès de Tours est un congrès fondateur pour la vie politique du XXe siècle", poursuit François-Olivier Touati. "Il a vu l'émergence de deux grands partis avec une séparation qui s'est faite entre deux grandes tendances qui ont dominé toute la vie politique française du XXe siècle. Au moins jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989". 

Les Tourangeaux s'intéressent à ce congrès

"Les hôtels sont remplis, y a du monde dans la rue, de l'agitation". François-Olivier Touati n'oublie pas non plus les journaux "comme le Réveil d'Indre-et-Loire par exemple qui font leur Une systématique avec ce qui se passe dans la salle du Manège. Et puis chaque soir, ils sont plus d'un millier à se retrouver au Cirque de Touraine pour écouter les grands orateurs politique. Tours est vraiment une ville qui frémit lors de ce congrès. Même si paradoxalement, Tours a également sa bourgeoisie, son archevêché. Mais c'est une ville participative."

Ironie de l'histoire, le PC perd ses deux derniers bastions en Touraine l'année du centenaire de sa naissance

Saint-Pierre-des-Corps fait ou plutôt faisait partie de ces bastions historiques du parti communiste. Dès 1920 d'ailleurs, rappelle Marie-France Beaufils, l'ancienne sénatrice-maire de la ville. " Tous les conseillers municipaux ont tous pris la décision d'adhérer au parti communiste français à sa création." Théâtre à cette époque de grèves historiques des cheminots, la ville aide les salariés, les ouvriers à tenir le plus longtemps possible face au patronat. C'est notamment l'épisode des soupes populaires

Mais 100 ans après, nouvelle révolution. Alors qu'elle a toujours été communiste sans interruption depuis 1920, la ville est perdue par le PC lors des municipales de 2020. Avec Château-Renault qui vire elle aussi à droite, il n' y a plus aucune mairie communiste en Indre-et-Loire. Et cela, l'année même du centenaire de la naissance du communisme français. Drôle de cadeau ! 

En attendant une double exposition sur le centenaire du Congrès de Tours, reportée à l'année prochaine pour cause de Covid, la ville de Tours et l'Université de Tours vous propose cette visite virtuelle pour tout comprendre sur cet événement historique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess