Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

C’est la "zizanie" au PS selon Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l’Assemblée

lundi 10 septembre 2018 à 14:10 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

Invitée de France Bleu Occitanie, la présidente du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée Nationale appelle à une clarification au sein du Parti socialiste avant les européennes, alors que la gauche du PS est tentée de rejoindre Jean-Luc Mélenchon.

Valérie Rabault , présidente du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée Nationale
Valérie Rabault , présidente du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée Nationale © Radio France - Alban Forlot

Toulouse, France

Toulouse accueille pendant deux jours les journées parlementaires du PS. Les députés socialistes se réunissent dans la ville rose pour réfléchir et arrêter leur position sur différents sujets, comme la réforme des retraites ou la baisse du pouvoir d'achat.

Des journées qui risquent de ressembler à celles du "club des socialistes disparus" tant le parti est devenu inexistant dans le paysage politique. Aujourd'hui, il n'y a plus que trente députés PS et apparentés à l'Assemblée Nationale. Même en Occitanie, pourtant une terre rose, il n'y en a plus que trois. 

Le Parti socialiste peut-il vraiment renaître de ses cendres ?

Invitée de France Bleu Occitanie, la députée socialiste du Tarn-et-Garonne Valérie Rabault, patronne du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée reconnait que le PS est devenu un "petit groupe", mais si l’on y ajoute les 110 sénateurs socialistes, le PS représente toujours la troisième force politique au parlement : "Nous souhaitons qu’elle puisse retrouver quelques couleurs."

Le pouvoir d’achat pour retrouver des électeurs

Comment renouer avec les électeurs de gauche ? "Nous avons besoin d’une clarification de nos positions", reconnaît Valérie Rabault. "Nous avons été les premiers à monter au créneau sur le pouvoir d’achat, car le gouvernement notamment dans les territoires ruraux a vraiment fait les poches que ce soit des retraités ou des citoyens qui n’ont pas de transports en commun et qui utilisent leur voiture et donc passent à la pompe. Chacun a constaté la hausse des taxes. Elle est inégalitaire puisqu’elle frappe plus les territoires ruraux que les autres territoires."

Le pouvoir d’achat est la première préoccupation des français, avant même l’emploi, cette préoccupation, nous la relayerons. — Valérie Rabault

Ils veulent rejoindre Mélenchon, qu’ils partent !

Comment remettre de l’ordre dans un parti socialiste fracturé avant les élections européennes ? "Je ne vais pas vous mentir", reconnait Valérie Rabault, "la question des européennes sème un peu la zizanie au Parti socialiste. Il y a une clarification absolument nécessaire, à la fois pour la tête de liste et pour une fois pour toute positionner le Parti socialiste. Moi je suis pour la ligne socio-démocrate, mais avec une voix forte en Europe."

Que répond-elle à ceux qui comme Marie-Noëlle Lienemann menacent de partir chez Jean-Luc Mélenchon ? "S’il veulent partir, qu’il partent ! On a pas besoin de camarades qui disent si on ne fait pas ça, je pars. Mais qu’ils partent chez Jean-Luc Mélenchon !"

Réécoutez l'interview complète de Valérie Rabault