Politique

EN IMAGES - À Caen, François Fillon "garde le cap" contre vents et marées

Par Pierre Coquelin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu vendredi 17 mars 2017 à 0:16

François Fillon était au Zénith de Caen jeudi soir, devant près de 4500 personnes
François Fillon était au Zénith de Caen jeudi soir, devant près de 4500 personnes © Maxppp - Julien de Rosa

À près de cinq semaines du premier tour de la présidentielle, François Fillon a tenu une réunion publique au Zénith de Caen jeudi soir, devant près de 4500 personnes. A l'entrée de la salle, près de 300 opposants l'ont accueilli avec un concert de casseroles.

"Je suis toujours là, debout, avec vous, pour vous et pour la France". Deux jours après sa mise en examen pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et manquement aux obligations déclaratives, François Fillon a tenu une réunion publique au Zénith de Caen devant près de 4500 personnes. Un candidat qui a été accueilli par près de 300 d'opposants à l'extérieur de la salle de spectacle. Des opposants venus avec des casseroles, symbole des affaires dans lesquelles est englué le candidat. Un cordon de CRS a été déployé le long de la manifestation d'où jaillissaient des "Fillon en prison". "A ces militants, je leur demande : "vous n'avez pas honte de soutenir quelqu'un qui est corrompu, qui se moque de vous comme il se moque des Français ?", a témoigné un opposant.

Des opposants ont fait un concert de casseroles

À l'intérieur, toute autre ambiance. Une salle pleine, des drapeaux bleu blanc rouge qui flottent et des slogans "Fillon ! Fillon !" qui résonnent. Le maire de Caen Joël Bruneau et le président de la région Normandie, Hervé Morin, s'improvisent chauffeurs de salle. Ce dernier en appelle à une "remontada" filloniste à près de cinq semaines du premier tour.

Puis, c'est au tour du candidat de s'exprimer. "À Caen, on sait ce que signifient le courage et la résistance. A Caen, on sait ce que signifient la France et sa liberté. Et l'on sait ce que veut dire lutter contre vents et marées". Pendant une quarantaine de minutes, François Fillon développe son programme, dresse un bilan calamiteux du quinquennat de François Hollande. "La France est menacée de descendre en deuxième division", juge-t-il.

"Ma bataille est celle des idées. Elle l'a toujours été. Je n'ai jamais hurlé avec les meutes. Je n'ai jamais fouillé dans les poubelles de mes adversaires politiques" - François Fillon

Après s'être placé sous le patronage de la France Libre et du gaullisme, il égratigne un à un ses adversaires : Emmanuel Macron symbole de la "gauche hollandaise relookée", "radeau de sauvetage des naufragés du quinquennat" ; le Front national qu'il compare à "ces publicités pour les magnétiseurs qui vous promettent la santé, la réussite aux examens, l'héritage de l'oncle d'Amérique et le retour de l'être aimé !"

François Fillon : "Ceux qui m'attaquent n'aiment la droite que lorsqu'elle marche à l'ombre"

"Maintenant, tous à l'action !"

Le candidat a également salué le comportement "exemplaire" du proviseur du lycée de Grasse, où un élève a ouvert le feu ce jeudi. François Fillon qui a terminé son discours en abordant la famille, "base de l'éducation, de l'apprentissage du respect, de l'insertion dans la vie sociale". Il a appelé au courage : "Maintenant, tous à l'action ! [...] La victoire vient à ceux qui donnent tout jusqu'au dernier jour". Un message bien reçu par ses militants, à l'image de Philippe venu de l'Orne. "On a confiance en lui. On compte sur lui, on fera tout pour qu'il l'emporte". Huguette ajoute : "Ses ennuis judiciaires ? Ils en ont tous ! Moi, je ne regarde pas ça". Lors du meeting, on apprenait que le parquet national financier a élargi l'enquête des juges d'instruction aux conditions dans lesquelles des costumes de luxe ont été offerts à François Fillon.

Un candidat qui est désormais tourné vers le débat télévisé de lundi prochain face à quatre de ses adversaires au premier tour de la présidentielle.