Politique

Campagne des municipales : les facteurs réclament des primes dans les Pyrénées-Orientales

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mercredi 12 mars 2014 à 18:31

Facteur - La Poste (illustration)
Facteur - La Poste (illustration) © Maxppp

Les facteurs des Pyrénées-Orientales sont en grève ce jeudi. Ils demandent notamment à ce que la distribution des plis électoraux pour la campagne des municipales soit rémunérée.

La distribution du courrier risque d'être perturbée aujourd'hui dans les Pyrénées-Orientales. Plusieurs syndicats appellent à un mouvement de grève national. Ils dénoncent les restructurations en cours à la Poste, la dégradation des conditions de travail et réclament la revalorisation des salaires, mais dans les Pyrénées-Orientales ils dénoncent aussi la prise en charge des plis électoraux que chaque citoyen va recevoir dans sa boite aux lettres avant les municipales.Cette année pour les syndicats, ce travail supplémentaire n'est plus suffisamment rémunéré. Jusqu'ici à chaque élection les facteurs distribuaient dans les boîtes aux lettres le matériel électoral moyennant une compensation financière, une sorte de forfait négocié : une heure de salaire pour environ 100 plis électoraux distribués. Quand on sait qu'une tournée de facteur peut monter jusqu’à parfois plus de 1500 plis distribués, on comprend que ce système permettait au facteurs de mettre un peu de beurre dans les épinards, à la Poste les facteurs sont souvent les salaires les moins élevés. La distribution de ces plis électoraux c'est un vrai travail supplémentaire ,  la sacoche est plus lourde, parfois les lettres sont adressées avec les noms de jeunes filles des électrices. Cela prend du temps.

Cette année la direction régionale de la Poste a décidé de changer de système et d'intégrer la distribution du matériel électoral dans la tournée normale . Si la distribution prend plus de temps, les facteurs seront payés en heures supplémentaires en fonction des dépassements d'horaires constatés.Un système qui  ne convient pas du tout aux syndicats, c'est une perte de salaire pour les employés. Alors que l'Etat verse une compensation à la Poste pour la distribution des bulletins de votes, compensation qui s'élèverait à plusieurs millions d'euros pour l'ensemble du territoire français.CGT, SUD, CFDT accuse tout simplement la Poste de vouloir garder l'argent pour elle. D’où cette journée de grève pour tenter de de faire revenir la direction courrier sur sa décision sinon les syndicats menacent tout simplement de ne pas distribuer les plis électoraux.

Du côté de la direction on explique que les tournées sont moins chargées qu'avant, il y a moins de courrier à distribuer, les facteurs peuvent donc prendre en charge ce matériel électoral dans leurs sacoches.

La Poste 1

La Poste 2

 

 

Partager sur :