Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Candidate écologiste aux régionales, Fabienne Grébert attaque Laurent Wauquiez : "c'est un machiste !"

La candidate écologiste à la région Auvergne-Rhône-Alpes, Fabienne Grébert, était de passage à Grenoble ce jeudi. En déplacement sur le thème de l'égalité femmes-hommes et de la citoyenneté, elle a portée une vive attaque au président de région sortant, le républicain Laurent Wauquiez.

Fabienne Grébert, candidate écologiste à la présidence d'Auvergne-Rhône-Alpes
Fabienne Grébert, candidate écologiste à la présidence d'Auvergne-Rhône-Alpes © Radio France - Benjamin Bourgine

Fabienne Grébert avait choisi de taper fort. De passage à Grenoble ce jeudi, la candidate et tête de liste "l'écologie c'est possible", soutenue par EELV entre autres a voulu recentrer un débat qui dérive trop, selon elle, vers les thématiques de la sécurité et de la délinquance. "Il y a une volonté de confisquer le débat" commente Fabienne Grébert.

Une attaque cinglante contre le président sortant

Fabienne Grébert attaque Laurent Wauquiez sur sa pratique du pouvoir

Elle a aussi portée une vive attaque au président de région sortant, le républicain Laurent Wauquiez, qui reste en tête dans les sondages. Elle lui reproche une pratique du pouvoir "machiste" selon elle. Et dénonce des attitudes de mépris vis-à-vis des femmes lors de son mandat :

Oui, il est machiste

"Oui, Laurent Wauquiez est un machiste ! Nous avons vécu une mandature avec une prise de parole de l'exécutif féminin qui était raillée, annihilée. J'ai vu une vice-présidente dont je n'ai jamais entendu le son de la voix au cours de cette mandature. J'ai vu un président de région traiter une conseillère régionale une femme d'hystérique. J'ai vu ce mépris des femmes dans les politiques publiques. J'ai vu la parole des femmes contredite, contrariée, pour laisser la parole à Laurent Wauquiez et uniquement lui comme le seul tenant de l'autorité dans cette région. Ce n'est pas tolérable !"

Formations, Budget "genré", Associations renforcées dans les quartiers

Or, pour Fabienne Grébert, la protection des populations est un sujet qui doit se traiter en amont des politiques répressives. Pour elle, la défense des femmes doit être une boussole, et parmi ces idées, il y a : relancer les filières de formations professionnelles en direction des femmes, appliquer un budget "genré" pour favoriser les femmes, sortir de la précarité une partie du personnel qui travaille pour la région dans les lycées, voilà des propositions que la candidate Fabienne Grébert affirme vouloir mettre en œuvre pour faire avancer son idée de l'égalité femmes-hommes.

Fabienne Grébert et ses priorités pour l'égalité femmes-hommes

Avant de construire des logements dans lesquels les femmes peuvent se réfugier, nous avons besoin d'un tissu associatif fort, de liens dans les quartiers, de présence humaine

"Quand j'entends les thèmes de la sécurité qui tournent autour de la délinquance, je demande aussi quels sont ceux qui sont le plus victimes de violences ? Ce sont les femmes ! Qu'avons-nous à leur offrir ? Des opportunités d'informations sur leurs droits et des opportunités aussi d'émancipation de ce joug patriarcal qui est l'objet de ces violences. Et avant de construire des logements dans lesquels elles peuvent se réfugier, nous avons besoin d'un tissu associatif fort, de lien dans les quartiers, de présence humaine. Et cette présence humaine, c'est celle-là que Laurent Wauquiez se refuse aujourd'hui à porter dans les politiques publiques et qu'il remplace par des caméras de vidéo-surveillance".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess