Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Carburants, agriculture, déchets : la préfète de Corse sans langue de bois

jeudi 6 décembre 2018 à 11:13 Par Hélène Battini et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

Dans un contexte de grogne persistante des gilets jaunes, Josiane Chevalier, la préfète de Corse était ce mercredi l'invitée de Cuntrastu, l'émission de France 3 Corse / Via Stella avec RCFM et Corse-Matin.

La préfète de Corse a passé en revue tous les dossiers chauds : déchets, paillotes, contrôles agricoles et gilets jaunes.
La préfète de Corse a passé en revue tous les dossiers chauds : déchets, paillotes, contrôles agricoles et gilets jaunes. © Radio France - rcfm

Corse, France

La préfète de Corse a passé en revue tous les dossiers chauds du moment : de la sempiternelle crise des déchets aux paillotes, en passant par les contrôles agricoles et bien sûr le mouvement des gilets jaunes qui ne faiblit pas. Josiane Chevalier s'est félicitée que la contestation n'ait pas pris la même ampleur que sur le continent. Un mouvement qui a tout de même eu raison de la visite en Corse du Premier ministre. Dans un contexte brûlant sur le continent, Matignon a préféré reporter ce déplacement, d'autant que dans l'île outre les gilets jaunes, les nationalistes attendaient de pied ferme Édouard Philippe.

Multiplication des contrôles

Josiane Chevalier a minimisé les tensions supposées entre Paris et le pouvoir régional, parlant de relations de travail quasi-quotidiennes, se déroulant dans une ambiance constructive. La préfète a évoqué les dossiers du moment à commencer par le prix de l'essence, à l'origine de la grogne. Des contrôles vont avoir lieu d'ici la fin de l'année pour tenter de déterminer s'il y a entente illicite.

Au lendemain de la plainte déposée par l'association anti-corruption, Anticor, auprès du  parquet national financier concernant de possibles détournements de subventions agricoles dans l'île, la préfète de Corse a indiqué que les contrôles allaient se poursuivre dans ce domaine aussi. Les 10 plus gros bénéficiaires de subventions de la PAC, la politique agricole commune, sont visés.

Le premier de ces contrôles ayant révélé des suspicions de fraude, « c'est indécent », a indiqué Josiane Chevalier.

Enfin, sur la question des déchets, elle a indiqué que l’État ne participerait pas au financement de l'exportation des déchets qui est, selon elle, l'aveu d'un échec, précisant qu'il s'agissant d'une compétence de la CDC.