Politique

Carhaix : un deuxième candidat à la Présidentielle de 2017?

Par Annaïg Haute et Tudi Crequer, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel mardi 8 septembre 2015 à 6:00

Matthieu Guillemot (à gauche), ici avec Christian Troadec (archive)
Matthieu Guillemot (à gauche), ici avec Christian Troadec (archive) © Max PPP - MAX PPP

Le Carhaisien Matthieu Guillemot n’exclut pas de représenter son parti, le NPA, pour la course à l’Élysée en 2017. Comme un pied de nez au maire de Carhaix Christian Troadec, qui lui s’est déjà lancé dans la course aux signatures pour une candidature régionaliste.

" Dans notre mouvement politique, ce n’est pas à ça qu’on pense en se rasant le matin ! " S’il ne postule pas encore officiellement (le parti n’a pas encore décidé s’il allait présenter un candidat), Matthieu Guillemot affirme qu’il est prêt à s’investir dans une campagne présidentielle pour le NPA, même s’il affirme qu’il ne le fera pas pour faire carrière, mais plutôt pour servir des idées : "ce qui nous fait kiffer c’est pas le discours sur la Présidentielle, c’est plutot l’actualité chaude ". Il pose des jalons etl évoque en vrac le sort des migrants, l''eau en régie municipale et appelle de ses vœux une réforme des institutions.

D’ailleurs, même si son parti est opposé au système politique actuel, et notamment à la personnalisation autour des candidats à la Présidentielle, Matthieu Guillemot explique : " on est obligé de jouer avec les règles du jeu, et pour la présidentielle, c’est comme ça !"

"On ne pourra pas laisser notre parti sans candidat" -Matthieu Guillemot

Celui qui est aussi responsable du NPA dans le Kreiz Breizh explique que même si son parti n’a pas vocation à mettre un candidat en avant, les militants doivent trouver un représentant : "Pourquoi pas moi, ou pourquoi pas quelqu’un d’autre ? Mais une chose est sure, on ne pourra pas laisser notre parti sans candidat. J’en suis convaincu et c’est peut-être pour ça aussi que mon nom peut sortir, mais l’unique motivation est la présence du NPA en lui-même".

A 39 ans, le conseiller municipal et communautaire de Carhaix parle des combats exemplaires menés dans le secteur, pour préserver la maternité et - plus récemment - pour sauver une classe à Berrien.

Carhaix, terre symbolique puisque les deux derniers candidats du NPA à la Présidentielle, Olivier Besancenot et Philippe Poutou, ont tous les deux fait un déplacement dans le centre Bretagne lors de leur campagne.

"La politique ne me fait pas peur!"

Matthieu Guillemot l’admet, pour lui, 2017 offrirait surtout une formidable caisse de résonance aux idées de son parti. Pour autant, le représentant du NPA dans le centre Bretagne ne se fait pas d’illusion sur le résultat possible : "le candidat NPA, quel qu’il soit, aura très peu de chance malheureusement d’être président de la République, mais c’est un moyen de diffuser nos idées au plus grand nombre de personne ."

D'ors et déjà, Matthieu Guillemot se projette, quand on lui parle de la pression que représente une candidature à la Présidentielle, il explique qu’il est prêt et s’y voit déjà : « La politique ne me fait pas peur, la société que j’aimerai changer de tous mes vœux ne me fait pas peur »

Un candidature crédible quoique confrontée à des obstacles

On connaît les ambitions de Christian Troadec, y aura til un deuxième carhaisien candidat à l’Élysée en 2017 ? A la direction du NPA, on est plus mesuré. Hors micro, certains expliquent qu’une nouvelle candidature d’Olivier Besancenot ou Philippe Poutou est envisagée et que dans le cas contraire, les militants pourraient privilégier une candidature féminine. Même si beaucoup reconnaissent que la candidature de Matthieu Guillemot est loin d’être ridicule. Au final, ce sont les militants qui trancheront au printemps prochain.