Politique

Caricature d'Emmanuel Macron : les Républicains s'excusent, François Fillon demande des sanctions

Par Eric Turpin, France Bleu samedi 11 mars 2017 à 9:12 Mis à jour le dimanche 12 mars 2017 à 16:46

Une caricature d'Emmanuel Macron publié par le parti Les Républicains a suscité une vive polétmique
Une caricature d'Emmanuel Macron publié par le parti Les Républicains a suscité une vive polétmique © AFP - Thibaud Moritz

Une caricature d'Emmanuel Macron publiée vendredi sur Twitter par Les Républicains a provoqué un vif émoi avant d'être rétirée par le parti.

Une caricature d'Emmanuel Macron publiée vendredi par Les Républicains sur Twitter a suscité une vive émotion avant d'être retirée. Elle a été publiée à la mi-journée sur le compte Twitter du parti.

Indignation de la Licra

Dans le tweet, le candidat d'En Marche! à la présidentielle, ancien banquier d'affaires, est représenté vêtu d'un costume-cravate et d'un haut de forme avec un nez crochu, un cigare et une faucille rouge. Autour de lui, on aperçoit ses soutiens : Gérard Collomb, Jacques Attali, Robert Hue, Bertrand Delanoë et François Bayrou.

Cette caricature a suscité de nombreux commentaires indignés sur les réseaux sociaux notamment celui d'Alain Jakubowicz, le président de la Licra, la ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme qui parle d'une caricature antisémite.

Communiqué du parti LR dès vendredi, puis de François Fillon samedi

En fin d'après-midi, le parti Les Républicains a retiré cette caricature de M. Macron. Il l'a remplacé dans son infographie par une photo du candidat avec ce message : "Pour éviter toutes polémiques inutiles, nous retirons notre dernier visuel. En aucune manière nous n'avons voulu heurter par la caricature". À Chambéry, un conseiller municipal a provoqué un tollé sur le web, en dénonçant, après les excuses du parti Les Républicains, "une liberté à géométrie variable".

Samedi, François Fillon a dénoncé dans un communiqué un dessin antisémite. Le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle réclame des sanctions internes. "Je comprends l'émoi" que cette caricature "a pu susciter car elle évoquait des dessins d'une époque sombre de notre histoire et véhiculait une idéologie contre laquelle je me suis toujours battu", déclare l'ancien Premier ministre.

Entretien disciplinaire pour le directeur de la communication de LR

Dimanche, le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a annoncé avoir convoqué le directeur de la communication du parti, Lionel Moisy de Cala, pour "un entretien disciplinaire", suite à la diffusion de la caricature d'Emmanuel Macron. "Concernant la caricature publiée, vendredi 10 mars, sur le compte Twitter des Républicains, j'ai fait procéder à son retrait et engagé, dans la perspective de sanctions, une enquête interne dans les meilleurs délais", a annoncé M. Accoyer dans un communiqué.

"Conformément au code du Travail, le directeur de la communication sera convoqué prochainement dans le cadre d'un entretien disciplinaire. Plus que jamais, notre mouvement incarne autour de François Fillon les valeurs liées au gaullisme et au pacte républicain. Elles sont au fondement de notre idéal et de notre action politique", a-t-il ajouté.