Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Carole Delga : "Dans les lycées nous aurions pu commencer à accueillir les jeunes qui ont des difficultés"

Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie a encore "de nombreuses interrogations" après le discours d'Edouard Philippe sur le déconfinement prononcé ce mardi à l'Assemblée. Et notamment sur les lycées, dont la réouverture reste incertaine. Interview.

Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie
Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie © Radio France - Sylvie Duchesne

Carole Delga a répondu aux questions de France Bleu juste après le discours d'Edouard Philippe. Le Premier ministre a présenté ce mardi à l'Assemblée nationale son plan de déconfinement pour faire redémarrer le pays à partir du 11 mai. La présidente de la Région Occitanie le trouve incomplet, notamment au niveau des annonces économiques et scolaires. Interview.

France Bleu : Avez-vous obtenu les réponses que vous attendiez en écoutant Edouard Philippe? 

Carole Delga : Non, j'ai encore de nombreuses interrogations. Nous n'avons pas compris comment ces masques allaient être distribués et financés. Pour notre Région Occitanie nous avons commandé plus de 5 millions de masques financés avec les conseils départementaux et distribués gratuitement. Mais j'avais demandé à ce qu'il y ait une aide de l'Etat... Il a parlé rapidement d'une aide mais cela manque de précision ( "L'Etat prendra en charge 50% du coût des masques achetés par les collectivités dans la limite d'un prix de référence" a dit E. Philippe, ndlr). Sur la rentrée scolaire, nous avons quelques interrogations. La rentrée est repoussée à fin mai pour les lycées au plus tôt, il faut qu'on ait ce temps mis à profit pour permettre que le mois de juin soit un mois pour donner une chance aux jeunes qui ont décroché, pour qu'ils puissent acquérir des connaissances et retrouvent l'habitude d'aller au lycée. Parce que s'il n'y a pas du tout de reprise, cela veut dire que des lycéens pendant six mois n'auront pas fréquenté un établissement scolaire et c'est très préjudiciable, en particulier pour les jeunes qui ont des difficultés scolaires. (La décision sur la réouverture des lycées est renvoyée à fin mai, alors que les écoles primaires et maternelles ouvriront progressivement à partir du 11 mai et les collèges du 18 mai, ndlr)

Il faut que les jeunes retrouvent l'habitude d'aller au lycée.

France Bleu : C'est donc un discours incomplet selon vous ?

Carole Delga : Oui globalement ce discours demande encore beaucoup de précisions sur la question de la distribution des masques, sur le financement, sur les questions de règles dans les écoles avec encore beaucoup de compléments à apporter et un grand absent : l'économie. Comment allons-nous aider nos entreprises à repartir et à maintenir les emplois ?!

France Bleu : Vous auriez aimé avoir une rentrée scolaire plus tôt pour les lycéens ? 

Carole Delga : Je pense que dans les lycées nous aurions pu commencer à accueillir les jeunes qui ont des difficultés scolaires. Cela aurait pu être établi établissement par établissement et sur la base du volontariat pour les parents qui souhaitent des cours en présentiel. Il manque aussi dans ce discours toute la question économique. Il n'y a pas eu d'indications sur des aides pour les secteurs touchés, comme la restauration ou l'aéronautique.

Il manque dans ce discours toute la question économique !

France Bleu : vous auriez aimé que les cafés restaurants rouvrent, alors qu'ils ne seront pas autorisés à le faire le 11 mai contrairement aux autres commerces ?

C.D : Il faut connaitre les conditions d'ouverture des commerces. D'après ce qui ressort de ce discours c'est qu'il y aura une limitation dans la reprise d'activité. Les commerçants n'auront pas un retour à leur chiffre d'affaires normal, donc quelles sont les aides prévues concrètement ? Ensuite sur les restaurants, il faut des règles plus claires pour qu'il y ait réouverture en toute sécurité.

France Bleu : le déconfinement se fera en fonction d'une carte établissant des départements rouges et verts, cela vous semble une bonne chose ? 

C.D : Il faut des analyses scientifiques pour établir ces cartes, avec une analyse sanitaire sérieuse. Ça va certainement être le ministère de la Santé et je fais confiance aux experts sur ce sujet. Il peut y avoir des départements rouges et verts en Occitanie comme dans toutes les régions de France, avec beaucoup de rouge sûrement dans le Grand Est et l'Ile-de-France. Les analyses sanitaires feront foi et nous devront les respecter.

France Bleu : Edouard Philippe a dit vouloir limiter les transports interdépartementaux et interrégionaux, qu'en pensez-vous ?

C.D : Bien sûr il faut limiter, car je tiens à dire à mes concitoyens qu'il faut être dans la responsabilité. Il faut continuer à observer les règles de confinement et sortir le moins possible. On a noté un relâchement mais le mieux est de rester chez soi. On pourra un peu plus se déplacer le 11 mai mais on ne reviendra pas aux capacités de déplacement qu'on avait par exemple en février. C'est une reprise progressive, en douceur. Il faut être dans la responsabilité, en portant des masques dans les transports et la Région a commandé des masques pour que mi-mai chaque usager des transports en Occitanie ait un masque. Et il faut respecter les gestes barrières. La bataille contre le virus n'est pas terminée ! Un masque ne protège pas de tout mais il faut encore beaucoup de personnes en télétravail et limiter les déplacements. Le temps des vacances n'est pas encore venu ! 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess