Infos

CARTE INTERACTIVE | Les cantons et candidats aux élections départementales en Bretagne

Par Mélodie Pépin, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel lundi 9 mars 2015 à 6:00

Les élections départementales ont lieu les 22 et 29 mars 2015.
Les élections départementales ont lieu les 22 et 29 mars 2015. © Maxppp

Les électeurs sont appelés aux urnes les 22 et 29 mars pour choisir leurs conseillers départementaux. La Bretagne compte trois départements à gauche, et un seul à droite (Morbihan). Retrouvez la liste complète des candidats avec leur étiquette politique par département sur nos cartes interactives et découvrez les enjeux de ce scrutin inédit.

Le Morbihan

C'est le seul département à droite en Bretagne avec 24 sièges sur 42. Son président depuis 2011, François Goulard, ancien maire de Vannes, est candidat à sa succession. La droite souhaite conforter son assise après avoir ravi plusieurs villes lors des municipales. Mais le FN emmené par Jean-Paul Félix et présent dans tous les cantons espère une percée après être arrivé en tête des Européennes. La gauche part quant à elle divisée avec aucun candidat clairement désigné à la présidence. A noter, que le PS est absent à Grandchamp, la fédération appelle à voter pour les candidats républicains.

Liste des abréviations : BC : Binôme de candidats ; DLF : Debout la France ; DIV : Divers ;DVD : Divers droite ; DVG : Divers gauche ; EXG : Extrême gauche ; COM : Parti communiste français ; FG : Front de Gauche ; FN : Front national ; MDM : Modem ; PG : Parti de Gauche ; SE : Sans étiquette ; SOC : Parti socialiste ; UD : Union de la droite ; UG : Union de la gauche ; UC : Union du centre ; UMP : Union pour un mouvement populaire ;UDI : Union Démocrates et Indépendants ; VEC : Europe-Écologie–Les Verts. Source : ministère de l'IntérieurLes Côtes-d'Armor

C'est le plus vieux département breton acquis à la gauche . Le PS est à la tête depuis 1976 avec une majorité confortable (38 sièges sur 52 aujourd'hui). Le président du conseil général depuis 18 ans, Claudy Lebreton, ne se représente pas et la gauche n'a pas trouvé d'accord partout pour le premier tour. Des divisions qui donnent de l'espoir à droite et au centre. Le FN présent dans tous les cantons espère aussi bousculer les équilibres.

Liste des abréviations : BC : Binôme de candidats ; DLF : Debout la France ; DIV : Divers ;DVD : Divers droite ; DVG : Divers gauche ; EXG : Extrême gauche ; COM : Parti communiste français ; FG : Front de Gauche ; FN : Front national ; MDM : Modem ; PG : Parti de Gauche ; SE : Sans étiquette ; SOC : Parti socialiste ; UD : Union de la droite ; UG : Union de la gauche ; UC : Union du centre ; UMP : Union pour un mouvement populaire ;UDI : Union Démocrates et Indépendants ; VEC : Europe-Écologie–Les Verts. Source : ministère de l'IntérieurLe Finistère

Pierre Maille , actuel président du conseil général et ancien maire de Brest, a fait basculer le département à gauche en 1998 . La gauche détient 40 sièges sur 54. Mais l'élu socialiste ne se représente pas. La droite espère rééquilibrer l'assemblée, forte de ses résultats aux municipales avec notamment la reprise de Quimper. Quant au FN, peu implanté, il vise un second tour avec des triangulaires dans plusieurs cantons.

Liste des abréviations : BC : Binôme de candidats ; DLF : Debout la France ; DIV : Divers ;DVD : Divers droite ; DVG : Divers gauche ; EXG : Extrême gauche ; COM : Parti communiste français ; FG : Front de Gauche ; FN : Front national ; MDM : Modem ; PG : Parti de Gauche ; SE : Sans étiquette ; SOC : Parti socialiste ; UD : Union de la droite ; UG : Union de la gauche ; UC : Union du centre ; UMP : Union pour un mouvement populaire ;UDI : Union Démocrates et Indépendants ; VEC : Europe-Écologie–Les Verts. Source : ministère de l'IntérieurL'Ille-et-Vilaine

Le département a basculé à gauche en 2004. . À la présidence du conseil général, le sénateur socialiste Jean-Louis Tourenne qui ne se représente pas (70 ans). La droite espère obtenir plus de sièges à l'assemblée (18 sur 53 aujourd'hui) après avoir regagné plusieurs villes aux municipales. Le Front National a tenu son pari en étant présent dans les 27 cantons du département.

Liste des abréviations : BC : Binôme de candidats ; DLF : Debout la France ; DIV : Divers ;DVD : Divers droite ; DVG : Divers gauche ; EXG : Extrême gauche ; COM : Parti communiste français ; FG : Front de Gauche ; FN : Front national ; MDM : Modem ; PG : Parti de Gauche ; SE : Sans étiquette ; SOC : Parti socialiste ; UD : Union de la droite ; UG : Union de la gauche ; UC : Union du centre ; UMP : Union pour un mouvement populaire ;UDI : Union Démocrates et Indépendants ; VEC : Europe-Écologie–Les Verts. Source : ministère de l'IntérieurUne élection à enjeu national

A deux ans de l'élection présidentielle, et après la déroute des municipales pour la majorité, cette élection est déterminante pour les partis qui en font un test national.

Pour la gauche , il s'agit d'éviter une nouvelle raclée d'ampleur et de sauver un maximum de départements sur les 61 qu'elle dirige depuis les élections cantonales de 2011. Pour la droite , il s'agit de conquérir un maximum de départements pour revivre une vague bleu et de s'imposer face au FN qui le bouscule sur sa droite. Pour le Front National , il s'agit de poursuivre sur sa lancée après avoir ravi 11 mairies en 2014. Le FN a des candidats dans pratiquement tous les cantons (95%). Les derniers sondages donnent le parti en tête au premier tour.

Enfin, c'est une élection où l'abstention devrait atteindre un taux élevé. Lors du renouvellement partiel des cantons en 2011, le taux d'abstention a atteint 55.7% au premier tour.

Enjeux des départementales 2015 - Aucun(e)
Enjeux des départementales 2015

Une élection inédite

Pour la première fois, tous les conseillers généraux chargés de diriger les départements vont être élus en même temps.Pour la première fois, les assemblées seront paritaires, avec un homme et une femme pour chaque canton.La carte des cantons est entièrement nouvelle avec la réduction par deux du nombre de cantons.  

Partager sur :