Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements maintenus en vigilance rouge, 53 en orange

Jean Castex et Emmanuel Macron mettent les "bouchées doubles" pour le nouveau gouvernement

-
Par , France Bleu

Le Premier ministre Jean Castex fraîchement nommé, est bien décidé à aller vite pour nommer son gouvernement, mais aussi pour boucler des dossiers sensibles comme la réforme des retraites. Il accorde un entretien au Journal du dimanche.

Jean Castex en déplacement samedi 4 juillet dans une entreprise de Corbeil-Essonnes.
Jean Castex en déplacement samedi 4 juillet dans une entreprise de Corbeil-Essonnes. © Maxppp - JULIEN DE ROSA

Régler "à court terme" le dossier des retraites, relocalisation, formation :  le nouveau Premier ministre Jean Castex a présenté une partie du  plan de relance voulu par Emmanuel Macron face à la crise économique et sociale post-coronavirus. "Le fait est que l'épidémie a changé la donne. La France se retrouve face à deux défis : la crise sanitaire[...] et la reconstruction de notre économie en amortissant les impacts immédiats sur leur quotidien et en aidant à la survie des entreprises", affirme l'ancien "Monsieur déconfinement" dans un entretien au JDD dimanche 5 juillet.  Le nouveau Premier ministre a d'ailleurs tenu à faire sa première sortie officielle samedi dans une entreprise de haute technologie en difficultés, "symbolique" selon lui de la politique voulue par l'exécutif.  

La réforme des retraites sera réglée "à court terme"

Jean Castex affirme vouloir s'attaquer rapidement aux dossiers sensibles, comme celui des retraites qui a donné lieux à des mois de conflit social et qu'il entend régler "à court terme", avec, "a minima, un nouvel agenda social".  Quant au Ségur de la Santé, suspendu en fin de semaine faute d'accord avec les syndicats avant le remaniement, il a dit vouloir le conclure "la semaine prochaine", alors qu'une enveloppe de sept milliards d'euros se trouve désormais sur la table pour les salaires des soignants.  Rappelant sa volonté de dialogue et son "souci de rassembler", il a toutefois averti: "Attention, je ne crois pas au consensus mou. Le temps est à l'action"

Le nouveau chef du gouvernement assure d'ailleurs mettre "les bouchées doubles" avec Emmanuel Macron pour annoncer au plus vite le nouveau gouvernement dont le secret est bien gardé.  Mais, répondant aux rumeurs sur une équipe resserrée autour de grands pôles principaux, Jean Castex a affirmé ne "pas être sûr que des périmètres trop étendus soient forcément la garantie d'une plus grande efficacité".    

L'écologie, "une obligation"

Après la forte percée verte aux municipales, l'écologie n'est "pas une option" mais "une obligation", a répété Jean Castex. Il entend "accélérer" les décisions en listant "avec les acteurs locaux tout ce que l'on peut faire immédiatement". Par exemple la lutte contre les fuites dans les réseaux d'eau, contre l'artificialisation des terres, pour l'isolement thermique ou encore le bien-être animal. 

Si Edouard Philippe, qui retrouve dès dimanche la mairie du Havre, n'a jamais pris sa carte chez LREM, Jean Castex, ex-secrétaire général adjoint de l'Elysée sous Nicolas Sarkozy a estimé "naturel" de s'inscrire "sans ambiguïté" dans la majorité présidentielle. Mais face à ses détracteurs qui le voit comme un simple exécutant, il a tenu à souligner que le chef de l'Etat ne voulait pas faire de lui "un subordonné voué aux tâches secondaires".  Et de poursuivre: "Quand vous aurez appris à me connaître, vous verrez que ma personnalité n'est pas soluble dans le terme de collaborateur".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess