Politique

Ce qu'il faut retenir de la première session du Conseil départemental de Dordogne

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord jeudi 2 avril 2015 à 15:29

Germinal Peiro président
Germinal Peiro président © Radio France - Benjamin Fontaine

Ce jeudi 2 avril, le nouveau conseil départemental de Dordogne a tenu sa première session. Sans surprise, Germinal Peiro a été élu président de l'assemblée. Il sera entouré de 14 vice-présidents.

  1. Germinal Peiro élu président sans difficultés

Cette première séance du nouveau conseil départemental a démarré par l'élection du président de l'assemblée. Deux hommes étaient candidats , Thierry Boidé pour l'Union des démocrates de Dordogne et Germinal Peiro pour le PS. Sans surprise c'est ce dernier qui a été élu ce jeudi matin pour prendre la place de Bernard Cazeau à 38 voix contre 12 . "Je compte sur le travail des élus de la majorité. Je veux dire aux élus de l'opposition qu'ils auront toute leur place dans l'assemblée" , a d'abord dit Germinal Peiro avant de rendre hommage à ceux qui lui ont succédé à ce poste. "J'exercerai une présidence sous le signe du progrès, de l'humanisme, du respect, du dialogue et de la transparence. Je serai un président socialiste" , a continué Germinal Peiro avant d'être applaudi par les conseillers départementaux.

groupe assemblée departementale Dordogne - Radio France
groupe assemblée departementale Dordogne © Radio France - Benjamin Fontaine
  1. Une commission permanente paritaire

Il y avait 15 vice-présidents au sein de la commission permanente du Conseil général sous l'ère Cazeau, il y en aura 14 sous l'ère Peiro . Un poste en moins pour respecter la parité. Ainsi Colette Langlade, conseillère de Thiviers a été élue première vice-présidente chargée de l'économie et de l'emploi . Si la place a été faite aux femmes, il n'y a pas de prime à la jeunesse puisque seuls quatre nouveaux élus sur quatorze ont été désignés pour devenir vice-président(e) . La droite n'a pas voté la délibération établissant le nombre de membres de la commission permantente à 30 élus. "Nous avions proposé de faire des économies dans notre programme. Ce n'est pas comme cela qu'on en fera" a expliqué Thierry Boidé, chef de l'opposition.

  1.  Les communistes associés mais "vigilants"

Les communistes auront une place importante dans la nouvelle commission permanente. Trois des quatre élus ont obtenu une vice-présidence . " Nous avons demandé à ce que notre représentation tienne compte des voix obtenues au premier tour" explique Jacques Auzou, président du groupe communiste au Conseil départemental. Le maire de Boulazac a reconnu que le PS n'avait pas besoin du Front de Gauche pour diriger : "15 à 20% des électeurs ne se retrouvent pas dans la politique du gouverment et il est normal de porter leur voix. Nous resterons autonomes dans lappréciation de la politique nationale mais nous travaillerons au service du département " , a conclu Jacques Auzou.

  1. Tablette numérique pour tout le monde

Dans son discours Germinal Peiro a expliqué qu'il voulait continuer à moderniser la Dordogne. Les conseillers départementaux seront les premiers à montrer l'exemple. Le nouveau président a annoncé que dès la fin de l'année, il n'y aura plus aucune correspondance "papier" entre les élus. Chacun disposera très bientôt d'une adresse mail et pas d'excuse pour ceux qui ne sont pas équipés en informatique. Une tablette tactile va être distribuée à tous les élus . "Ceux qui en ont besoin pourront se voir dispenser une formation par nos informaticiens" , a précisé Germinal Peiro. Le coût global de cette distribution n'a cependant pas été précisé.

  1. Bernard Cazeau en observateur amusé

Après 21 ans de présidence, Bernard Cazeau s'est retiré du Conseil départemental de la Dordogne, mais il a tenu à assister aux premiers pas de Germinal Peiro comme président du Département. Avant d'aller s'asseoir dans le public, le sénateur a d'abord fait le tour de l'hémicyle pour saluer les élus , nouveaux et anciens, de droite et de gauche. "La plupart je les connais" s'est amusé Bernard Cazeau qui n'a pu s'empêcher de commenter les interventions des uns et des autres . Ses remarques les plus piquantes, il les a réservées à Thierry Boidé, le chef de l'opposition de droite : "La dette c'est une obsession pour Boidé. Il n'y connait rien." Fermez le ban.

Bernard Cazeau assemblée - Radio France
Bernard Cazeau assemblée © Radio France - Benjamin Fontaine